Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le drame de Brive relance le débat sur les déserts médicaux

Reuters20/10/2012 à 20:48

LE DRAME DE BRIVE RELANCE LE DÉBAT SUR LES DÉSERTS MÉDICAUX

PARIS (Reuters) - La mort d'un nouveau-né vendredi après que sa mère eut accouché sur une aire d'autoroute en se rendant à la maternité de Brive (Corrèze), à une heure de route de son domicile, dans le Lot, a relancé samedi le débat sur les déserts médicaux en France.

Les circonstances de ce drame, au sujet duquel François Hollande a demandé l'ouverture d'une enquête administrative, sont pour l'instant inconnues, mais de nombreuses voix n'ont pas tardé à s'élever pour dénoncer la "désertification accélérée" de certains territoires.

"La désertification accélérée depuis des années fait que ce type d'incident, de drame, de difficultés médicales, ne peut que s'accélérer", a déclaré sur BFM-TV Michel Antony, président de la coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité.

"Ça justifie, d'une manière terrible, ce que l'on crie dans le désert depuis plusieurs années", a-t-il ajouté.

Deux-tiers des maternités françaises ont fermé depuis le milieu des années 1970, avec 535 maternités à ce jour contre 1.370 en 1975.

Malgré la réduction du nombre de maternités, le temps d'accès moyen pour s'y rendre est resté stable entre 2001 et 2010, à moins de 17 minutes pour la moitié des femmes en France, selon une étude publiée ce mois-ci par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES).

Mais les disparités des temps d'accès entre départements sont fortes, souligne ce rapport, qui signale huit départements où le temps d'accès moyen est supérieur à 30 minutes.

Parmi ces huit départements figurent le Lot, où s'est déroulé le drame vendredi, et qui ne dispose plus que d'une maternité, à Cahors, pour une population d'environ 170.000 habitants. Deux autres maternités, à Figeac et Gourdon, ont en effet fermé ces dernières années.

200 MÉDECINS MOBILISÉS EN 2013

Le lien entre le faible nombre d'établissements et ce drame n'est pas encore établi, a rappelé samedi la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, à qui l'enquête a été confiée.

"Cette maternité n'était pas nécessairement la plus proche, elle était celle qui relevait du choix de la mère, je crois, mais je souhaite que nous donnions le temps à l'enquête de se faire, même si j'ai souhaité avoir les résultats très rapidement", a-t-elle déclaré sur BFM-TV. Une autre enquête a été ouverte par l'Agence régionale de santé (ARS).

En attendant, le débat, qui dépasse les seules maternités, est lancé. "On est de plus en plus loin des lieux où on peut se faire soigner correctement", souligne Michel Antony.

En clôture du congrès des mutuelles de santé à Nice, François Hollande, qui s'est donné pour objectif qu'aucun Français ne se trouve à plus de 30 minutes d'un service d'urgences, a d'ailleurs estimé que ce drame "nous appelle une nouvelle fois encore à ne rien accepter en matière de désert médical".

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 prévoit de mobiliser 200 médecins dès l'année prochaine pour répondre aux besoins des territoires les plus en difficulté. Un plan sur les déserts médicaux sera par ailleurs mis en oeuvre à partir de 2013, annonce ce document.

La loi hôpital, patients, santé et territoire (HPST) de 2009 comportait plusieurs mesures destinées à assurer l'accès aux soins dans les déserts médicaux.

Une amende de 3.000 euros était ainsi prévue pour les médecins qui, installés en zone surmédicalisée, refuseraient d'aider des confrères des zones sous-médicalisées. Mais le Parlement français a supprimé en juillet 2011 ces mesures contraignantes.

Dans son édition annuelle de l'atlas de la démographie médicale française, le Conseil National de l'Ordre des médecins, qui recommande la mise en place de mesures contraignantes, estime que 35 départements sont "potentiellement en danger" car ils cumulent la forte probabilité d'un départ massif d'ici 2017, et une faible présence de jeunes générations en secteur libéral.

Chine Labbé


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.