Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le dossier Cahuzac n'est pas une affaire d'Etat, juge l'exécutif

Reuters04/04/2013 à 14:20

POUR LE GOUVERNEMENT, LE DOSSIER CAHUZAC EST UN MANQUEMENT INDIVIDUEL

PARIS (Reuters) - Le gouvernement socialiste, pointé du doigt dans le feuilleton Jérôme Cahuzac, a réaffirmé jeudi n'avoir été au courant de rien et estimé qu'il ne s'agissait pas d'une affaire d'Etat mais d'une simple faute individuelle.

L'affaire ébranle la classe politique depuis que l'ancien ministre du Budget a reconnu mardi avoir dissimulé un compte en Suisse depuis 1992 puis à Singapour depuis 2009.

La droite s'interroge sur le rôle de l'exécutif socialiste dans cette affaire et réclame un remaniement complet du gouvernement.

Bernard Cazeneuve, le successeur de Jérôme Cahuzac à Bercy a réaffirmé jeudi que l'exécutif socialiste ignorait la vérité et avait été piégé par les mensonges de Jérôme Cahuzac, jugeant que l'affaire relevait du cas personnel et ne contaminait pas le reste de l'exécutif.

"J'ai ressenti un sentiment très humain qui s'appelle le chagrin", a-t-il dit sur Europe 1. "Je lui ai posé à plusieurs reprises la question et il m'a toujours indiqué que cela n'était pas vrai".

"C'est un manquement individuel très grave, ce n'est pas la mise en place d'un système de corruption qui atteindrait un système, un groupe, un Etat", a ajouté le ministre du Budget. "Ce n'est pas une affaire d'Etat, c'est un manquement grave de la part d'un homme."

"UN MINISTRE QUI A FAILLI ET QUI A TRAHI"

Plusieurs ministres avaient alerté François Hollande sur les risques que comportait l'affaire, écrit jeudi l'hebdomadaire Le Point qui ajoute que l'Elysée avait reçu en décembre une note des services de renseignement confirmant les informations de Mediapart.

Manuel Valls a réaffirmé jeudi qu'il n'était au courant de rien et a nié l'existence d'une telle note.

"Je ne savais pas que Jérôme Cahuzac avait un compte en Suisse. Sinon, j'en aurais informé le président de la République", a dit le ministre de l'Intérieur sur RMC et BFMTV.

Pour Manuel Valls, il s'agit d'"un ministre qui a failli et qui a trahi".

"Aucune note n'a été transmise à l'Elysée", a-t-il ajouté.

Pour le Premier secrétaire du PS, il faut tirer des leçons de cette affaire en luttant contre tous les conflits d'intérêts, comme l'a promis mercredi François Hollande.

"Le fait qu'un ministre de la République ait pu détenir un compte à l'étranger de façon dissimulée, frauder le fisc alors qu'il était chargé de lutter contre la fraude fiscale, mentir à la représentation nationale, aux Français, au président de la République, au Premier ministre, c'est une blessure pour la République mais aussi pour tous les citoyens, pour tous les Français", a déclaré Harlem Désir sur France 2.

"Il faut tirer les leçons pour la République et pour son fonctionnement", a-t-il ajouté. "Je demande (...) de lutter contre tous les conflits d'intérêts. Il faudra, dans cette loi, ajouter le fait que on ne peut pas cumuler des fonctions de lobbying, d'avocat d'affaires par exemple, avec un mandat parlementaire".

Jérôme Cahuzac est "effondré" et "muré dans sa solitude", raconte sur plusieurs médias français Anne Carpentier, rédactrice en chef d'un journal satirique du Lot-et-Garonne, département dont l'ancien ministre avait été député.

Selon elle, il "aurait pu commettre l'irréparable".

Dominique Lefebvre, député PS du Val-d'Oise et intime de Jérôme Cahuzac, a confirmé sur RTL que son ami avait pensé mettre fin à ses jours.

"Cette idée lui a traversé l'esprit", a-t-il dit. "Il n'a cessé de demander pardon à ses proches (...) Il avait du mal à tenir debout seul".

Patrick Vignal, édité par Yves Clarisse

16 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M4358281
    04 avril14:16

    Décidément Napro ..tu es sur une autre planète ! attendre pour voir ..!on croirait entendre dans un autre registre les défenseurs de DSK au début de l'affaire

    Signaler un abus

  • napro
    04 avril13:57

    Absolument d'accord avec Cazeneuve. Si la somme de 600000 E est avérée, je dirai même : "Une tempête dans un verre d'eau" comparativement à d'autres affaires avec mort d'hommes (l'affaire Karachi pour ne pas la citer).Où sont passés les 50 ME donnés par Kadhafi à Sarkosy?http://www.mediapart.fr/journal/international/030512/50-millions-pour- sarkozy-lancien-premier-ministre-libyen-confirme

    Signaler un abus

  • manx750
    04 avril13:24

    Qui peut croire que M. Cahuzac ait fait un montage financier offshore pour ... 600 000 euros ! cette somme correspond au prix d'un deux pieces à Paris centre et un conseiller fiscal ne travaille pas pour de si petites sommes ! On ne place pas en loucedé son argent à l'etranger en dessous de 10/20 millions d'€ ! 600 000 euros correspondent peut être aux interest qu'il tirait de ses placements...

    Signaler un abus

  • j.tavern
    04 avril13:07

    Jérôme Cahuzac demande pardon. Soit. Eh bien, pour preuve de repentir, qu’il donne officiellement 90% de sa fortune (au moins 540 000 euros = 0,9 x 600 000) à des associations caritatives de son choix et reparte allégé de sa spirale du mensonge qui l’aurait dévasté, selon ses propres mots.

    Signaler un abus

  • cavalair
    04 avril12:14

    Ils etaient tous au courant mais ils ne voulaient pas savoir. Ceci est une veritable affaire d'etat

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.