Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le dossier Alstom ouvert aux investisseurs étrangers, dit Valls

Reuters30/04/2014 à 14:00

MANUEL VALLS ASSURE QUE LES INVESTISSEURS ÉTRANGERS SONT BIENVENUS DANS LE DOSSIER ALSTOM

PARIS (Reuters) - Manuel Valls a assuré mercredi que les investisseurs étrangers étaient "bienvenus" dans le dossier Alstom mais a jugé "inacceptable" que le gouvernement n'ait pas été alerté en amont des projets de vente des activités énergie du groupe.

L'américain General Electric (GE) a la préférence du Conseil d'administration du fabricant français d'équipements électriques et ferroviaires mais l'allemand Siemens reste sur les rangs.

"Tous les investisseurs étrangers, qu'ils soient américains, allemands, sont bienvenus", a déclaré le Premier ministre sur France Inter. "Nous devons bâtir des grands groupes à taille européenne, à taille mondiale."

"L'emploi, l'investissement, l'indépendance et la souveraineté énergétiques sont nos priorités mais cela doit se faire dans la transparence, dans le dialogue, et l'Etat prend toute sa part dans cette discussion", a-t-il ajouté.

Manuel Valls a refusé de commenter les appels, tant de la droite que de la gauche, à une prise de participation temporaire de l'Etat dans le capital d'Alstom, comme lors de l'opération de sauvetage du groupe en 2004.

"La seule question posée c'est la défense de l'emploi et des technologies et c'est sur quoi le gouvernement est vigilant", a-t-il dit. "Je n'ai pas l'intention à ce stade (...) d'alimenter le feuilleton des rumeurs sur ce dossier."

Il a rappelé qu'Alstom était une entreprise cotée et que cela imposait de la "retenue dans le langage et dans les mots".

Le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, a déclaré mercredi matin devant la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale que le gouvernement étudiait la question à la demande des syndicats d'Alstom.

Mais le porte-parole du gouvernement a rejeté sur France Info l'idée d'une entrée de l'Etat dans le capital du groupe.

"La situation de l'entreprise en 2004, c'était la faillite, c'était la disparition. Ramener de l'argent frais à un moment donné pour redonner la capacité à l'entreprise de repartir (...)c'est un choix. Aujourd'hui, on n'est pas dans cette situation", a dit Stéphane Le Foll.

VALLS JUGE LE GOUVERNEMENT "ENTENDU"

Sans aller, comme le ministre de l'Economie, jusqu'à accuser de mensonge le PDG du groupe, Manuel Valls a, lui aussi, reproché à Patrick Kron de ne pas avoir alerté le gouvernement sur ses projets.

"L'accélération brutale de ces derniers jours n'était pas acceptable et nous l'avons fait savoir", a dit Manuel Valls en soulignant que les actionnaires n'avaient pris aucune décision définitive mardi, Alstom se donnant un mois de réflexion.

Alstom ne pourra pas solliciter d'autres offres que celle de GE mais "s'est réservé le droit de répondre à des offres non sollicitées" pour les actifs concernés - turbines de centrales électriques, éolien, systèmes de transmission de l'électricité.

Une des préoccupations du gouvernement est le sort des activités ferroviaires d'Alstom, qui fabrique notamment les trains à grande vitesse (TGV) et subit de plein fouet la crise économique et la concurrence chinoise dans ce secteur.

Manuel Valls a néanmoins estimé que le chef de l'Etat et le gouvernement avait été "entendus".

Devant la commission des affaires économiques, Arnaud Montebourg a pour sa part assuré ne pas avoir "de critique à adresser à ceux qui s'intéressent à Alstom".

"Nous avons une bonne relation avec GE. Nous savons que cette entreprise est une entreprise sérieuse", a notamment dit le ministre de l'Economie, qui ne cachait pas jusqu'ici sa préférence pour une solution européenne.

Il a cependant réaffirmé que l'Etat souhaitait une alliance équilibrée entre Alstom et un partenaire industriel et non pas une absorption pure et simple. (voir)

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.