1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le discours de Macron est une "occasion manquée" déplore Siméoni

Reuters07/02/2018 à 20:00

LE DISCOURS DE MACRON EST UNE "OCCASION MANQUÉE" DEPLORE SIMÉONI

BASTIA (Reuters) - Le discours d'Emmanuel Macron à Bastia est une "occasion manquée", a déploré mercredi le président de l'exécutif corse, Gilles Siméoni.

"Ce discours manifestement est un discours très en deçà des attentes et des enjeux, non seulement de la majorité territoriale, non seulement de l'ensemble des nationalistes mais également d'une très grande majorité de Corses", a-t-il dit à des journalistes.

"Le président de la République aurait pu à l'occasion de ce discours s'affirmer comme l'homme d'Etat capable, à la fois, d'enraciner la paix, de construire la réconciliation, de définir un cadre pour un dialogue serein et apaisé prenant en compte la lutte des aspirations, les intérêts de ce peuple (...). Il ne l'a pas fait. Nous considérons donc que c'est une occasion manquée", a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron s'est dit mercredi favorable à ce que la Corse soit mentionnée dans la Constitution et à un travail sur la refonte de son article 72 sur l'organisation des collectivités, dans le cadre de la révision qu'il appelle de ses voeux.

Il a également proposé aux dirigeants corses de lui faire des propositions visant à aller plus loin, en précisant qu'il faudrait "procéder à cette analyse dans le mois qui s'ouvre".

Le chef de l'Etat s'est en revanche opposé à d'autres revendications des nationalistes, qui dirigent les institutions de l'île, notamment la reconnaissance du corse comme langue officielle ou la création d'un statut de résident.

(Benoît Tessier, avec Paul Ortoli à Ajaccio, Jean-Baptiste Vey et Caroline Pailliez à Paris, édité par Yves Clarisse)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • charleco
    08 février09:38

    Qu'on leur donne leur indépendance et qu'on leur coupe tous les subsides, l'affaire sera réglée.

    Signaler un abus

  • vazi
    08 février06:28

    Ça dépend de quel côté on se placeEn clair les indépendantistes veulent que leurs desiterata soient acceptés Les attentats vont reprendre sur l’ile On connaît déjà les auteurs

    Signaler un abus

  • mxnagg
    07 février20:50

    Le discours de Macron est meme une declaration du Guerre Totale [ oui et alors ! tu va faire quoi ? ]

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer