Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le "désespoir" pousse les musulmans belges marginalisés en Syrie

Reuters16/01/2015 à 03:57

par Robin Emmott BRUXELLES, 16 janvier (Reuters) - Parmi les Européens se battant en Syrie et en Irak, ceux venus de Belgique se montrent parmi les plus zélés, un phénomène mis en lumière par la mort de deux personnes dans un raid antiterroriste mené jeudi par la police du pays, qui trouverait ses racines dans un sentiment de désespoir ressenti par nombre d'entre eux. La police belge a mené jeudi une opération antiterroriste à Verviers, près de Liège, au cours de laquelle deux personnes appartenant à un groupe qui préparait des "attaques terroristes d'envergure" ont été tuées, a annoncé un substitut du procureur. ID:nL6N0UU4UV Pour l'instant aucun lien formel n'a été établi avec les attaques terroristes menées la semaine passée à Paris qui ont coûté la vie à 17 personnes, a-t-il ajouté. Les enquêtes menées en Belgique avaient commencé avant l'attaque par les frères Chérif et Saïd Kouachi contre le journal Charlie Hebdo le 7 janvier. Si l'attaque contre le journal satirique a mis sur le devant de la scène la menace que représentent en France des musulmans radicalisés de retour de Syrie, des données montrent que, au cours des dernières années, c'est la Belgique qui, si l'on compte par habitants, afourni le plus grand nombre de citoyens allant combattre en Syrie. Même en chiffres absolus, avec une population bien moins importante, la Belgique arrive en troisième position derrière la France et la Grande-Bretagne, avec près de 300 ressortissants belges qui ont quitté le pays pour aller combattre entre fin 2011 et décembre 2013, selon le club de réflexion International Centre for the Study of Radicalisation (ICSR), basé à Londres. Le gouvernement estime à 170 le nombre de Belges combattant en Syrie, total auquel il faut ajouter les 40 ressortissants du pays qui y ont trouvé la mort, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, ajoutant que les combattants qui reviennent en Belgique font l'objet d'une enquête et d'une surveillance. "Cela fait un moment que nous voyons la Belgique comme étant au centre des événements", a déclaré Matthew Levitt, spécialiste du terrorisme islamiste au sein de Washington Institute, qui se rend souvent en Belgique pour étudier ces questions. "Il suffit de se promener autour de la capitale", ajoute-t-il. Si Bruxelles, la capitale du pays, est connue à travers le monde pour être le siège de l'Union européenne, certains des quartiers périphériques de la ville connaissent un taux de chômage des jeunes très élevé, avec par exemple un ratio à 50% à Molenbeek. Même s'il est difficile d'établir pourquoi tant de jeunes musulmans belges se rendent en Syrie, les racines de leur marginalisation, de leur colère, sont à chercher du côté des quartiers les plus pauvres de la ville, estime Laurette Onkelinx, ancienne ministre de la Justice. "Le désespoir est certainement l'un des principaux facteurs d'explication. Quand on est désespéré, quand on a l'impression de n'avoir aucun avenir, on est beaucoup plus facilement des proie pour ceux qui prêchent la haine", a-t-elle dit sur la chaîne de télévision RTBF. Selon l'OCDE, la Belgique fait partie des pays industrialisés ayant le taux de chômage des jeunes le plus élevé. Beaucoup d'immigrants originaires d'Afrique du Nord étaient venus dans les années 1960 pour travailler dans la sidérurgie et l'industrie automobile. Mais, avec la fermeture de nombre de sites industriels au cours des deux dernières décennies, leurs descendants n'ont pas eu les mêmes débouchés que leurs parents. Ils sont également confrontés à une forme de discrimination en raison de leur appartenance à la communauté musulmane, qui représente environ 6% de la population belge. (Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.