Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le déficit public en 2013 sera un peu supérieur aux prévisions

Reuters10/09/2013 à 12:15

LE DÉFICIT PUBLIC SERA UN PEU SUPÉRIEUR À LA PRÉVISION

PARIS (Reuters) - Le déficit public de la France sera légèrement supérieur cette année aux prévisions, a annoncé mardi Pierre Moscovici, sans préciser s'il faisait référence à l'objectif du gouvernement (3,7% du PIB) ou à une estimation de 3,7%-3,9% qu'il a citée.

Le ministre de l'Economie et des Finances a précisé sur RMC et BFM TV qu'une croissance économique de 0,1% cette année était "un minimum", en soulignant que la Banque de France avait relevé à +0,2% sa prévision pour le troisième trimestre et que l'OCDE prévoyait désormais +0,3% en 2013.

Il a ajouté qu'il dévoilerait mercredi lors d'une conférence de presse la prévision de croissance pour 2014 et des premiers éléments du budget de la France pour l'an prochain, qui sera présenté au conseil des ministres le 25 septembre.

En 2013, "le déficit public sera légèrement supérieur à ce qui était attendu. Je rappelle que les prévisions de la Commission (européenne) étaient à 3,7% ou 3,9%", a-t-il dit.

Prié de dire si ce déficit serait donc supérieur à 3,7%, il a répondu : "Oui."

"Mais ce déficit est maîtrisé", a-t-il précisé. "La dépense publique est tenue" et ce léger dérapage s'explique par le choix du gouvernement de ne pas prendre d'autres mesures d'austérité qui auraient davantage fragilisé la croissance, a-t-il dit.

QUASI STABILISATION DES PRÉLÈVEMENTS

Pour l'an prochain, "le déficit public va baisser en 2014 par rapport à 2013 et (sera) sur une trajectoire qui nous permettra d'être en deçà de 3% en 2015", a dit Pierre Moscovici.

La Commission européenne a reporté de deux ans, à fin 2015, l'obligation pour la France de ramener son déficit sous 3% du PIB, ce qui doit permettre au gouvernement de relever son objectif de déficit fin 2014, jusqu'alors prévu à 2,9%.

"Ce qui compte, c'est le déficit structurel", a expliqué Pierre Moscovici, en référence au déficit calculé hors impact de la conjoncture. "De ce point vue là, la France (...) tiendra ses objectifs."

Le gouvernement prévoyait jusqu'à présent un déficit structurel ramené à 2,2% du PIB fin 2013, 1,2% fin 2014 et 0,4% fin 2015.

Il y aura l'an prochain "plus de deux tiers d'économies, il y en aura trois quarts" dans l'effort budgétaire prévu pour réduire les déficits, et la hausse des prélèvements obligatoires, sera "beaucoup moins" forte que les six milliards d'euros prévus jusqu'alors, a dit le ministre.

"Il y aura une quasi stabilité des prélèvements obligatoires en 2014", a-t-il ajouté.

La hausse de la TVA déjà programmée pour début 2014 pour financer une partie du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) "sera la seule hausse générale d'impôts pour les ménages", a-t-il promis.

La France prévoyait jusqu'alors pour l'an prochain un effort budgétaire de 20 milliards d'euros pour réduire les déficits, dont 14 milliards d'économies par rapport à croissance tendancielle des dépenses, dont 9 milliards pour l'Etat, des prévisions confirmées récemment. En pratique, le budget de l'Etat devait baisser de 1,5 milliard d'euros en 2014 par rapport à 2013.

Parallèlement, "il y aura des mesures pour le pouvoir d'achat", a ajouté Pierre Moscovici, sans préciser lesquelles.

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.