1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le décret de la réforme du collège publié au Journal officiel
Reuters20/05/2015 à 09:39

PUBLICATION AU JOURNAL OFFICIEL DU DÉCRET SUR LA RÉFORME DU COLLÈGE

PARIS (Reuters) - Le gouvernement n'entend "plus perdre de temps" sur la réforme du collège, dont le décret et l'arrêté sont publiés mercredi au Journal officiel au lendemain de la grève des enseignants, a déclaré la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem.

Le SNES-FSU, premier syndicat du secondaire qui a revendiqué mardi plus de 50% de grévistes, a dénoncé "une provocation, une faute". L'organisation réclamait une suspension de la réforme pour engager des discussions avec le ministère de l'Education.

"Le Premier ministre commet une faute lourde. Non seulement ça ne va pas faire taire la contestation, mais ça risque de réveiller certains qui étaient prêts à des ajustements plus mesurés, là ils vont vraiment considérer qu'on les méprise", a réagi sur iTELE Frédérique Rolet, co-secrétaire du SNES.

"Si le gouvernement n'entend pas, il y aura grèves et manifestations à la rentrée", a-t-elle prévenu.

L'ancien ministre de l'Education François Bayrou a déploré sur BFM TV un passage en force et appelé à une "manifestation nationale" des enseignants, "le seul recours qu'on leur laisse".

Le député UMP Bruno Le Maire, qui mène la contestation à droite contre la réforme, s'est élevé pour sa part contre "une provocation" qui dénote selon lui "le mépris de Manuel Valls pour le débat, les élèves et les enseignants".

"Ce passage en force renforce ma détermination à combattre la réforme du collège avec les 300 parlementaires et 26.000 signataires de mon appel" au retrait de la réforme, déclare-t-il sur Twitter.

Pour l'ancien Premier ministre UMP François Fillon, qui fut aussi ministre de l'Education, "il faut que la communauté éducative trouve les moyens de réagir à ce passage en force".

"Pour ma part, je n'appelle jamais à des manifestations (...) parce que je considère que le rôle des hommes politiques c'est d'expliquer leurs arguments", a-t-il commenté sur France Inter.

"LA NÉCESSITÉ DU DIALOGUE"

Réponse de Najat Vallaud-Belkacem sur France Info : "Nous avons besoin sur cette réforme du collège de ne plus perdre de temps, nous devons aller vite, précisément pour pouvoir répondre aux interrogations (...), c'est-à-dire veiller à ce que tous les professeurs soient bien accompagnés, bien formés".

"Si vous ne publiez pas maintenant le décret, quand est-ce que vous commencez cette formation? Soyons juste un peu sérieux", a-t-elle poursuivi. "C'est une façon de dire, au cas où tout le monde ne l'aurait pas encore compris, que cette réforme se fera". Elle a récusé toute "précipitation".

Le décret et l'arrêté relatifs à "l'organisation des enseignements au collège" détaillent l'ensemble des mesures de la réforme qui entrera en vigueur en 2016, y compris les plus contestées, comme l'instauration d'enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI), des travaux en groupes prévus à partir de la 5e sur des thèmes tels que "Corps, santé, bien-être et sécurité" ou "Information, communication, citoyenneté".

Ce dispositif, qui laisse aux établissements une marge de manoeuvre de 20% pour l'apprentissage des sujets "transversaux", cristallise les inquiétudes des enseignants.

La ministre de l'Education a de nouveau assuré que sa porte restait "ouverte" aux organisations syndicales pour préparer au mieux la réforme.

La discussion "a eu lieu, elle doit continuer", a affirmé sur RTL le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll.

"Il ne faut pas opposer la publication du décret avec la nécessité du dialogue", a-t-il ajouté, considérant qu'il s'agissait là d'"une marque de détermination", non d'autorité.

(Sophie Louet)

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M8032984
    20 mai10:47

    A quand des jeunes collégiens qui, à la sortie de la 3ième sauront lire et compter ? C'est quand-même ça le plus urgent, non ?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer