Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le débat : faut-il supprimer le Sénat ?

Le Parisien23/09/2017 à 16:54

Le débat : faut-il supprimer le Sénat ?

Le Sénat est en sursis depuis... un demi-siècle. Le premier à taper du poing sur la table fut le général de Gaulle mais, après son échec au fameux référendum sur son éventuelle suppression, il dut, en 1969, quitter l'Elysée. En 1998, Lionel Jospin jugeait cette institution comme une « anomalie démocratique ». Et, en janvier 2014, Marine Le Pen estimait qu'elle ne « voyait plus bien à quoi servait le Sénat ». Pendant la dernière campagne présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, lui-même sénateur pendant vingt-cinq ans, prônait sa suppression. Archaïque, conservateur... Les motifs de récrimination contre le Sénat sont nombreux et récurrents. Représentation des territoires contestable -- la Creuse a un élu pour 65 000 habitants alors que le Var n'en compte qu'un pour 271 000 --, machine « à retarder et à empêcher » les réformes... Pourtant, l'institution tient bien. Juristes, politiques de droite comme de gauche ne manquent pas d'arguments : enrichissement et approfondissement du travail parlementaire, représentation des collectivités locales, contre-pouvoir face à un exécutif le plus souvent conforté, notamment depuis le quinquennat, par une majorité présidentielle à l'Assemblée nationale... Mais les pourfendeurs de la « deuxième chambre » n'ont pas déposé les armes. La limitation du cumul des mandats ou la diminution du nombre de parlementaires sont autant de menaces sur des élus qui font du lien avec les territoires leur vraie légitimité. Quant à la fusion du Sénat avec d'autres institutions, elle est régulièrement évoquée et toujours rejetée. Jusqu'à présent.

 

 

Oui, pour Romain Slitine

ENSEIGNANT À SCIENCES-PO PARIS. Anime le think-tank d'innovation démocratique Système D. Coauteur du livre « le Coup d'Etat citoyen » (Ed. La Découverte).

Que reprochez-vous au Sénat ?

Romain Slitine. Le mode de désignation des sénateurs pose problème. Au moment où la démocratie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.