Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Croissant-Rouge et l'envoyée de l'Onu à Bab Amro, en Syrie

Reuters08/03/2012 à 01:02

DES QUARTIERS DE HOMS BOMBARDÉS PAR L'ARMÉE SYRIENNE

par Khaled Yacoub Oweis et Stephanie Nebehay

AMMAN/GENEVE (Reuters) - Des délégués du Croissant-Rouge arabe syrien (Cras) et l'envoyée humanitaire des Nations unies Valerie Amos sont entrés mercredi dans Bab Amro, quartier de Homs bombardé par les forces de Bachar al Assad pendant près d'un mois et pratiquement vidé de ses habitants.

Valerie Amos a décrit Bab Amro comme un quartier dévasté par les récents bombardements et quasiment vidé de ses habitants, a déclaré mercredi sa porte-parole Amanda Pitt.

"Elle (Amos) a dit que la sécurité était visiblement un problème, et ils ont entendu des tirs pendant qu'ils étaient sur place", a-t-elle ajouté. "Les endroits de Bab Amro qu'elle a pu voir étaient bien ravagés. C'était comme une ville fantôme."

Arrivée mercredi à Damas, Valerie Amos, responsable des opérations humanitaires des Nations unies, s'était entretenue avec le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al Moualem, avant de gagner la route de Homs.

Walid al Moualem lui a assuré que les autorités tentaient de faire parvenir des vivres et des médicaments à la population civile malgré le poids des "injustes sanctions" internationales qui frappent la Syrie, rapporte l'agence de presse officielle syrienne Sana.

Valerie Amos, qui s'était vu refuser l'entrée en Syrie la semaine dernière, devrait rester trois jours dans le pays pour tenter de convaincre le régime de Bachar al Assad de permettre aux travailleurs humanitaires d'avoir accès aux populations civiles.

De nouveaux bombardements ont eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi à Homs, à 150 km au nord de la capitale syrienne.

D'AUTRES QUARTIERS DE HOMS BOMBARDÉS

D'après des groupes d'opposants, les quartiers de Karm al Zeitoun, Djoub al Djandali et Deir Balba ont été la cible du pilonnage de l'armée régulière. Des attaques de militaires ont été signalées dans les villes de Kara et de Yabroud, au nord de Damas, et à Alep, deuxième ville du pays.

Les troupes syriennes ont repris la semaine dernière le contrôle de Bab Amro, quartier insurgé du sud-ouest de Homs, après quatre semaines de siège, attisant la crainte du sort réservé aux civils restés sur place.

D'après des opposants, sept personnes de sexe masculin, dont un enfant de dix ans, ont été tuées mardi à coups de couteau par des miliciens et des soldats fidèles à Bachar al Assad.

L'indignation occidentale, attisée par la diffusion d'une vidéo qui montrerait des atrocités commises dans un hôpital de Homs, est montée d'un cran face au refus des autorités syriennes d'autoriser l'aide humanitaire à parvenir à Bab Amro.

La vidéo diffusée par la chaîne britannique Channel 4 montre, d'après son auteur, des patients de l'hôpital militaire de Homs torturés par le personnel médical.

Channel 4 n'a pu vérifier l'authenticité de ce témoignage, mais l'Onu dit disposer de vidéos qui montrent des exactions similaires et de témoignages corroborant de tels actes.

Mardi, Barack Obama a assuré que le départ du président syrien n'était qu'une question de temps, tout en excluant l'hypothèse d'un recours à la force pour accélérer les choses.

Le président des Etats-Unis a jugé la répression du soulèvement entamé il y a un an "déchirante et scandaleuse".

DISCUSSIONS A L'ONU

Rejetant une proposition lancée la veille par le sénateur républicain John McCain, le président américain a estimé que c'était une erreur de penser que les Etats-Unis pourraient se lancer dans une intervention militaire unilatérale en Syrie.

"Au bout du compte, ce dictateur tombera", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à la Maison blanche.

Les membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu et le Maroc ont débattu mardi à huis clos d'un projet de résolution américain, que plusieurs puissances occidentales jugent trop édulcoré.

On ignore pour le moment si ce texte a plus de chances d'être adopté que les deux premiers, auxquels la Russie et la Chine ont opposé leur veto. Un diplomate ayant requis l'anonymat a écarté l'hypothèse d'un vote à brève échéance, si jamais le projet arrive devant le Conseil de sécurité.

Face à l'inertie du régime de Bachar al Assad, la communauté internationale cherche toujours un moyen de pression efficace en attendant l'arrivée à Damas, samedi, de l'émissaire de l'Onu et de la Ligue arabe, Kofi Annan.

La Chine a commencé à rapatrier des ouvriers de Syrie. Une centaine de Chinois devaient rester dans le pays pour surveiller les sites et le matériel des entreprises chinoises.

Un émissaire de Pékin est à Damas pour présenter un plan de sortie de crise salué par les autorités syriennes et qui met en garde contre des ingérences extérieures sous des prétextes humanitaires.

Avec Oliver Holmes et Mariam Karouny à Beyrouth, Suleiman al Khalidi à Amman, John Irish à Paris, Tangi Salaün, Benjamin Massot, Guy Kerivel et Hélène Duvigneau pour le service français


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.