Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le coût du changement climatique beaucoup plus élevé que prévu, selon le PNUE

Reuters05/12/2014 à 23:08

par Megan Rowling LIMA, 5 décembre (Reuters) - L'adaptation des pays en développement aux conséquences du changement climatique devrait coûter deux à trois fois plus que prévu même si la progression des températures moyennes est contenue sous le seuil de 2°C, prévient le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) dans un rapport publié vendredi. L'addition pourrait atteindre les 150 milliards de dollars par an (environ 120 milliards d'euros) d'ici 2025-2030 puis 250 à 500 milliards de dollars par an d'ici 2050. Si des mesures ne sont pas prises pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, le coût de l'adaptation aux effets d'un réchauffement climatique pourrait être le double du scénario le plus pessimiste dessiné par le PNUE. "Même en réduisant les émissions de gaz à effet de serre jusqu'au niveau requis pour limiter la hausse des températures mondiales à 2°C au cours de ce siècle, le processus d'adaptation au changement climatique dans les pays en développement coûtera probablement deux à trois fois le montant prévu, estimé entre 70 et 100 milliards de dollars par an d'ici 2050", peut-on lire dans ce rapport diffusé à l'occasion de la réunion sur le climat organisée à Lima. "Alors que les dirigeants mondiaux sont réunis à Lima pour une nouvelle étape décisive en vue de la signature d'un accord mondial sur le changement climatique, ce rapport souligne l'importance d'y prévoir des plans détaillés concernant l'adaptation", a déclaré Achim Steiner, directeur exécutif du PNUE et sous-secrétaire général des Nations unies. La capitale péruvienne accueille jusqu'au 12 décembre la 20e conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Les négociations de la COP-20 seront cruciales dans la perspective de la conférence suivante qui sera organisée fin 2015 à Paris et doit aboutir à un nouvel accord international sur la lutte contre le changement climatique. Les délégués de nombreux pays développés présents à Lima souhaitent que l'accent soit mis sur les moyens de réduire les émissions (atténuation) plus sur le processus d'adaptation au changement climatique de peur d'être contraints de s'engager sur une aide financière accrue pour les pays en développement. Car les pays les moins développés et les petites îles-Etats seront vraisemblablement les plus exposés aux effets du réchauffement. "Les négociations sur le changement climatique se sont jusqu'à présent focalisées sur l'atténuation, mais il est très important de prendre en considération les objectifs d'adaptation parce que tout le monde, quel que soit le niveau de développement, sera touché par le changement climatique", a dit Ibrahim Thiaw, directeur adjoint du PNUE. Le rapport du PNUE note que les engagements financiers en faveur de l'adaptation ont augmenté ces dernières années. En 2012-2013, entre 23 et 26 milliards de dollars de fonds publics ont été mobilisés, pour l'essentiel dans des pays non membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Mais à défaut de nouvelles sources, ajoute le PNUE, les financements devraient être largement insuffisants à partir de 2020. (Henri-Pierre André pour le service français)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.