Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Conseil de sécurité de l'ONU au chevet de la Centrafrique
AFP13/01/2021 à 07:42

Une affiche géante du président centrafricain Faustin Archange Touadéra, après l'annonce de sa réélection, le 5 janvier 2021 à Bangui ( AFP / FLORENT VERGNES )

Une affiche géante du président centrafricain Faustin Archange Touadéra, après l'annonce de sa réélection, le 5 janvier 2021 à Bangui ( AFP / FLORENT VERGNES )

Le Conseil de sécurité de l'ONU a prévu deux réunions en moins de huit jours, dont la première ce mercredi, sur la Centrafrique menacée par des groupes armés, afin d'évoquer la présence de troupes étrangères et mercenaires dans ce pays et l'embargo sur les armes.

Demandée par la France, la première session du Conseil se tient à huis clos. Elle survient après deux nouvelles attaques menées durant le week-end contre des villes éloignées de Bangui et qui ont donné lieu à de violents combats.

Pour la présidentielle du 27 décembre, remportée par le président sortant Faustin Archange Touadéra, l'ONU avait pris la décision plutôt rare de renforcer pour deux mois sa force de paix avec 300 Casques bleus rwandais prélevés sur son contingent déployé au Soudan du Sud. Le Conseil de sécurité devra à court terme décider de leur avenir, entre retrait ou maintien prolongé.

"Le pays fait face à un péril et je ne vois pas le Conseil de sécurité les retirer", indique à l'AFP un diplomate sous couvert d'anonymat.

La Mission des Nations unies en République centrafricaine (Minusca) comptait, jusqu'aux renforts arrivés en décembre, environ 11.500 Casques bleus.

Des véhicules de la Minusca sur une route à Boali, le 22 décembre 2020 en Centrafrique ( AFP / ALEXIS HUGUET )

Des véhicules de la Minusca sur une route à Boali, le 22 décembre 2020 en Centrafrique ( AFP / ALEXIS HUGUET )

Outre les Casques bleus supplémentaires, des militaires rwandais ont été déployés par Kigali en vertu d'un accord bilatéralen Centrafrique, où la Russie a aussi renforcé sa présence armée avec "300 instructeurs militaires".

Peu avant Noël, Washington avait demandé de la transparence et de la coordination après l'envoi de ces troupes russes en Centrafrique, et le sujet devrait être évoqué par le Conseil de sécurité, selon des diplomates.

"Une présence non officielle risquant d'exacerber la tension n'est pas acceptable", estime l'un d'eux sous couvert d'anonymat.

- Hélicoptères de combat -

La deuxième session du Conseil de sécurité, réclamée par ses membres africains (Tunisie, Niger, Kenya), devrait se tenir le 19 ou le 21 janvier. La réunion sera publique et a été demandée par la Centrafrique dans une lettre à laquelle l'AFP a eu accès.

Le président centrafrique Faustin Archange Touadéra (c), le 27 décembre 2020 à Bangui ( AFP / ALEXIS HUGUET )

Le président centrafrique Faustin Archange Touadéra (c), le 27 décembre 2020 à Bangui ( AFP / ALEXIS HUGUET )

Confrontée à une "agression contre le peuple et les institutions (...), la République centrafricaine sollicite la tenue, en urgence, d'une réunion du Conseil de sécurité sur la situation sécuritaire", indique cette missive datée du 5 janvier.

Bangui réclame notamment un renforcement des capacités de la Minusca avec des "hélicoptères de combat". Selon des diplomates, la Tunisie, membre non permanent du Conseil de sécurité, serait "prête à déployer" de tels aéronefs en Centrafrique.

Dans sa lettre, le gouvernement centrafricain souligne aussi "la nécessité urgente d'accorder aux partenaires et pays amis de la Centrafrique (...) une levée, même temporaire, de l'embargo" sur les armes, une demande ancienne qui a suscité jusqu'à présent des réticences pour plusieurs membres du Conseil de sécurité.

Après déjà plusieurs allègements opérés par le Conseil, "ce ne sera pas facile à obtenir", estime un diplomate, en rappelant que les experts de l'ONU chargés du contrôle de l'embargo ont mis en garde contre le risque que des armes légalement importées ne tombent entre les mains des groupes armés qui défient le gouvernement.

Des paramilitaires russes surveillent un stock d'armes confisquées à des rebelles à Boali, le 10 janvier 2021 en Centrafrique ( AFP / FLORENT VERGNES )

Des paramilitaires russes surveillent un stock d'armes confisquées à des rebelles à Boali, le 10 janvier 2021 en Centrafrique ( AFP / FLORENT VERGNES )

Selon l'ONU, les violences survenues dans le contexte des élections en Centrafrique ont poussé plus de 30.000 personnes à fuir vers des pays voisins, et généré des dizaines de milliers de déplacés internes.

La Centrafrique est ravagée par huit années de guerre civile et des pans entiers du pays continuent d'être contrôlés par des groupes armés profitant de ses richesses minières.

prh/vgr/ybl

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer