1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Congrès colombien vote une loi d'amnistie des Farc
Reuters29/12/2016 à 02:27

    BOGOTA, 29 décembre (Reuters) - Le Congrès colombien a 
adopté mercredi une loi d'amnistie protégeant des milliers de 
combattants rebelles des Farc contre des poursuites judiciaires, 
pour des délits commis pendant le conflit civil qui les a 
opposés au gouvernement pendant cinq décennies. 
    Composante clé de l'accord de paix signé le mois dernier 
entre Bogota et les Forces armées révolutionnaires de Colombie 
(Farc), la loi ne s'applique pas aux guérilleros s'étant rendus 
coupables de crimes de guerre ou d'atteintes aux droits de 
l'homme. 
     L'amnistie englobe les membres de l'armée colombienne 
impliqués dans la guerre civile vieille de 52 ans. 
    Le texte représente la première loi contenue dans l'accord 
de paix à être adoptée par le Congrès. Les législateurs 
pourraient accélérer l'adoption d'une série de lois associées 
afin de rassurer les rebelles, qui ont déjà commencé à rejoindre 
les zones de démobilisation définies par l'accord. 
    Le projet de loi a été adopté par le Sénat ainsi que par la 
chambre basse malgré l'opposition du Centre démocratique, 
conservateur, dont les membres se sont abstenus. 
    La coalition du président Juan Manuel Santos, lauréat du 
prix Nobel de la paix pour ses efforts de réconciliation, 
dispose de la majorité au Congrès. 
    Environ 7.000 guérilleros devraient déposer les armes dans 
les six prochains mois après la ratification par le Congrès le 
1er décembre de la nouvelle version de l'accord de paix conclu 
avec les Farc.   
    Les rebelles coupables de crimes de guerre tels que des 
massacres, des violences sexuelles ou des enlèvements ne seront 
pas couverts par la loi d'amnistie et purgeront des peines 
alternatives, par exemple des tâches de déminage, prononcées par 
un tribunal spécial. 
    Dans un communiqué commun publié mercredi, les Farc et le 
gouvernement ont annoncé qu'ils détermineraient le nombre de 
rebelles exclus de l'amnistie d'ici le 30 janvier au plus tard.  
    L'accord de paix prévoit d'autres législations définissant 
notamment des réformes rurales, l'indemnisation des victimes du 
conflit, le déminage des zones de guerre et une trêve supervisée 
par les Nations unies. En vertu de l'accord, les Farc 
deviendront une formation politique. 
 
 (Julia Symmes Cobb; Julie Carriat pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer