1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

"Le compte n'y est pas" dans les négociations agricoles, déclare Guillaume
Reuters16/04/2019 à 21:27

"LE COMPTE N'Y EST PAS" DANS LES NÉGOCIATIONS AGRICOLES, DECLARE GUILLAUME

PARIS (Reuters) - Les négociations entre agriculteurs, transformateurs et distributeurs n'ont pas amélioré à ce jour les revenus des producteurs comme devait le permettre la récente loi sur le secteur agroalimentaire, a déploré mardi le gouvernement.

"Aujourd'hui, le compte n'y est pas du tout et la première année de négociations n'a pas été satisfaisante", a déclaré le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, à l'issue d'une réunion, à Bercy, avec des représentants des trois parties.

"Les agriculteurs ne voient pas encore, hormis dans le lait, dans leurs revenus les résultats", a ajouté l'ex-sénateur, qui s'est cependant dit "confiant" pour la suite compte tenu de la bonne volonté affichée par l'ensemble des acteurs.

La secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher a pour sa part fait le diagnostic d'une "guerre des prix (qui) demeure", avec l'"agressivité" que celle-ci suppose, même si "des lignes ont bougé".

Selon les deux ministres, les dernières négociations se sont traduites par une amélioration dans les secteurs du lait, des pommes de terre, et partiellement dans celui de la viande mais également par des progrès "insuffisants" ailleurs.

La loi dite "Egalim" du 30 octobre dernier avait pour objectif de mettre un terme aux batailles de prix entre distributeurs et entre transformateurs, dont pâtissent durement les exploitants en bout de chaîne.

Ce texte comporte deux mesures phares, l'encadrement des promotions, entré en vigueur le 1er janvier, et le relèvement du seuil de revente à perte, en vigueur depuis le 1er février.

"Nous savions que les choses ne changeraient pas d'un claquement de doigts", a dit la présidente de la FNSEA (premier syndicat agricole), Christiane Lambert, à des journalistes après la réunion à Bercy.

"La déflation est quasiment stoppée et ne fait que refléter la forte baisse de certaines matières premières en 2018", a constaté la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) dans un communiqué.

(Simon Carraud, édité par Sophie Louet)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • CHANOMAR
    16 avril22:05

    ah ah encore une loi raté Michel leclerc l avais dit

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer