Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le commerce extérieur porte la croissance allemande

Reuters23/02/2018 à 10:50

ALLEMAGNE: CROISSANCE DE 0,6% AU 4E TRIMESTRE

par Michelle Martin

BERLIN (Reuters) - L'Allemagne a bien connu une croissance de 0,6% au quatrième trimestre par rapport au troisième, l'activité de la première économie européenne ayant été essentiellement tirée par la bonne santé du commerce extérieur, selon les données définitives publiées vendredi par l'Office fédéral de la statistique.

Même si le rythme de hausse du produit intérieur brut (PIB) a légèrement décéléré sur la période octobre-décembre par rapport au trimestre précédent, quand le PIB avait augmenté de 0,7%, l'économie allemande tourne à un rythme de croissance inédit depuis plus de cinq ans.

Et, malgré les incertitudes politiques liées à l'absence, à ce stade, d'un nouveau gouvernement cinq mois après les élections législatives de septembre, l'Allemagne devrait continuer sur sa lancée en 2018.

Après avoir enregistré une croissance de 1,9% sur l'ensemble de 2016 - qui avait déjà constitué un plus haut par rapport à 2017 - le PIB a progressé 2,2% l'an dernier (+2,5% en données corrigées des variations saisonnières.

Au vu du dynamisme de la demande intérieure et de la hausse des commandes en provenance de l'étranger, le gouvernement allemand a dit jeudi anticiper pour cette année une croissance de 2,4%. La fédération des chambres de commerce et d'industrie (DIHK) prédit pour sa part une croissance de 2,7%.

Même si l'indice Ifo du climat des affaires pour le mois de février a baissé davantage que prévu, Clemens Füst, le directeur de l'institut d'études, a relevé qu'il restait à un niveau très élevé, ajoutant que cela pouvait suggérer une croissance de 0,7% au premier trimestre de l'année.

Les conservateurs du bloc CDU/CSU de la chancelière Angela Merkel et le sociaux-démocrates ont conclu au début du mois un accord portant sur la reconduction de leur grande coalition. Les 464.000 membres du SPD doivent encore approuver cet accord. Le résultat de cette consultation, qui a commencé le 20 février, sera connu le 4 mars.

LE COMMERCE EXTÉRIEUR RETROUVE SON RÔLE DE PILIER

"L'économie allemande reste en très bonne santé. Depuis 2014, elle évolue à un rythme supérieur à sa moyenne sur le long terme et cet élan se poursuivra cette année et la prochaine", a noté Jörg Zeuner, économiste en chef chez la banque de développement publique KfW.

Il a noté que la performance du quatrième trimestre avait été bonne malgré un nombre inhabituellement élevé de jours fériés et de "ponts".

Jörg Zeuner relève cependant quelques risques pesant sur l'économie : le Brexit et ses conséquences, les tendances protectionnistes à l'oeuvre aux Etats-Unis, une volatilité accrue sur les marchés financiers ou encore les effets négatifs d'un euro plus fort que prévu.

Selon les données officielles, les exportations ont augmenté de 2,7% sur le dernier trimestre 2017 contre une progression de 2,0% pour les importations, ce qui a permis au commerce extérieur de contribuer à hauteur de 0,5 point de pourcentage à la croissance.

La consommation privée, qui avait remplacé le commerce extérieur comme principal pilier de l'économie allemande ces dernières années, a stagné, tout comme l'investissement en capital brut. Aucun de ce postes n'a donc contribué à la croissance.

Les dépenses publiques ont, comme au troisième trimestre, augmenté de 0,5%, ajoutant 0,1 point de pourcentage à la croissance.

L'excédent budgétaire a atteint en 2017 un nouveau record à 36,6 milliards d'euros, a également dit l'Office fédéral de la statistique.

(Claude Chendjou et Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Nicolas Delame)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.