Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le comité sur la fiscalité écologique pour une hausse du diesel

Reuters18/04/2013 à 21:08

VERS UNE HAUSSE DES TAXES SUR LE DIESEL

par Marion Douet

PARIS (Reuters) - Le comité sur la fiscalité écologique a adopté jeudi un avis proposant un rééquilibrage de la taxation sur les carburants et pointant le coût élevé des exonérations de taxes pour certains secteurs, selon un document obtenu par Reuters.

Ce comité est chargé de fournir aux ministères de l'Economie et de l'Ecologie des propositions pour réformer la fiscalité écologique en France et dégager notamment les 3 milliards de recettes supplémentaires promises d'ici 2016 dans le cadre du pacte de compétitivité adopté par le gouvernement français.

L'épineux débat sur la taxation du diesel a récemment été relancé après la publication d'un rapport de la Cour des comptes évaluant à près de 7 milliards d'euros le manque à gagner de recettes lié à l'écart de fiscalité entre les deux carburants.

Favorisé de longue date par la fiscalité française et les choix des constructeurs automobiles du pays, le diesel - ou gazole - a été désigné en juin dernier comme substance cancérigène par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"Le comité est (...) d'avis que la réduction de l'écart de taxation entre le gazole et l'essence est justifiée sous l'angle environnemental", dit l'avis adopté jeudi lors d'une réunion qui s'est tenue à Bercy et dont Reuters s'est procuré une copie.

Le texte ne précise pas si cela passerait par un alignement des taxes au même niveau ou si une augmentation du diesel devrait entraîner une baisse de la fiscalité sur l'essence.

Les experts demandent à l'Etat d'étudier différents scénarios pour réduire la différence de taxation - 20 centimes par litre en moyenne - ainsi que d'évaluer l'impact sur les ménages et les entreprises les plus touchés, afin d'identifier les mesures d'accompagnement à mettre en place.

"INDÉSIRABLES" SOUTIENS SECTORIELS

Une étude d'impact sur la filière automobile et les transitions industrielles et professionnelles nécessaires doit également être menée préconise le texte.

D'autre part, le comité pointe du doigt le coût important des exonérations de taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques (TICPE), environ 3 milliards d'euros chaque année, dont bénéficient certains secteurs comme le transport routier de marchandises, l'agriculture ou les taxis.

"Il n'appartient pas au (comité) de juger de l'opportunité ou non de soutenir certains secteurs. En revanche le CFE considère que les soutiens sectoriels apportés via la fiscalité sur les carburants envoient des incitations indésirables sur le plan environnemental", dit le texte.

Les véhicules diesel représentent 80% de la consommation de carburant en France et environ 60% du parc automobile, un taux élevé comparé à la moyenne européenne, et les constructeurs français comme PSA et Renault ont fortement développé leur offre dans ce type de véhicules.

Avec la consommation actuelle, chaque centime de taxe sur le diesel représente environ 400 millions d'euros de recettes annuelles pour l'Etat et les collectivités, contre moins de 100 millions d'euros pour l'essence.

Le comité sur la fiscalité écologique est présidé par l'économiste Christian de Perthuis et composé d'une quarantaine d'experts, appartenant à des organisations associatives, parlementaires et syndicales.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.