Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le comité de suivi des retraites n'exclut pas des ajustements

Reuters02/12/2014 à 22:14

LE COMITÉ DE SUIVI DES RETRAITES N'EXCLUT PAS DES AJUSTEMENTS

PARIS (Reuters) - Moins d'un an après l'entrée en vigueur de la réforme des retraites du 20 janvier 2014, le comité chargé de piloter le système français n'exclut pas d'avoir à recommander en 2015 de nouvelles mesures pour assurer son retour à l'équilibre.

Le gouvernement prévoit dans la loi de financement de la Sécurité sociale 2015 une légère amélioration du solde du régime général des retraites du secteur privé, fonds de solidarité vieillesse (FSV) compris, à 5,2 milliards d'euros en 2014 et 4,4 milliards l'an prochain, contre six milliards en 2013.

La présidente du Comité de suivi des retraites (CSR), mis en place par la réforme de janvier, a cependant jugé la situation "potentiellement un peu plus compliquée", lors d'un colloque organisé mardi par le Conseil d'orientation des retraites.

"Je ne peux pas dire à cette heure-ci s'il y aura ou non des recommandations mais ça n'est pas exclu", a dit Yannick Moreau.

Le CSR a pour mission de veiller au respect des objectifs fixés par la réforme et peut formuler des recommandations avant le 15 juillet de chaque année, sur la base d'indicateurs fournis par le Cor, s'il estime que le système de retraites s'en éloigne de façon significative.

Cette réforme, la quatrième en 20 ans hors régimes spéciaux et complémentaires, est censée permettre de rééquilibrer le régime général des salariés du privé en 2020, notamment grâce à une hausse des cotisations de 0,6 point en quatre ans (0,3 pour les actifs et 0,3 pour les employeurs).

Entre 2020 et 2040, cet équilibre est censé être assuré par un allongement progressif de la durée de cotisation à 43 ans d'ici 2035 à raison d'un trimestre par an.

Mais le scénario macro-économique retenu par le gouvernement lors de l'élaboration de la réforme est battu en brèche par la dégradation de l'économie française, avec un taux de chômage autour de 10% de la population active.

Le COR entend d'ailleurs présenter un scénario fondé sur l'hypothèse d'un chômage maintenu à son niveau actuel à moyen terme, lors de l'actualisation de ses projections financières, le 16 décembre, a précisé son président, Raphaël Hadas-Lebel.

INTERROGATION SUR L'INDEXATION DES RETRAITES

Les recommandations que le Comité de suivi est susceptible de faire au gouvernement peuvent notamment porter sur la durée d'assurance requise pour bénéficier d'une pension sans décote et sur le niveau des taux de cotisation.

Mais la loi du 20 janvier spécifie que ces mesures ne peuvent entraîner le dépassement d'un certain niveau de cotisation ou faire baisser le taux de remplacement des revenus d'activité par la pension en deçà de limites fixées par décret.

Yannick Moreau a précisé que le CSR devrait s'interroger également sur les relations entre l'emploi et l'équilibre des retraites et sur la pertience du système d'indexation des pensions, qu'elle ne juge pas satisfaisant.

Depuis la réforme de'93, les salaires "portés au compte", c'est-à-dire servant de base au calcul de la retraite, et les pensions sont indexés sur les prix et non plus sur l'évolution des salaires, ce qui les rend très sensibles à la croissance.

"Nous sommes conscients que si on modifiait le système d'indexation, les effets sur l'équilibre des retraites seraient lents", a déclaré Yannick Moreau. "Mais peut-être justement, si on est dans une période de croissance plus faible, faut-il ne pas trop tarder."

Elle a cependant confié à Reuters que la question ne serait sans doute pas encore mûre dans six mois, quand le CSR aurait à donner son avis sur la situation des retraites.

Le CSR devra en tout état de cause prendre en compte les résultats des négociations des partenaires sociaux sur les régimes de retraite complémentaire Agirc et Arrco, dont les réserves pourraient être épuisées en 2018 et 2024 si aucune mesure n'est prise.

Selon un sondage Ipsos réalisé en octobre pour l'Observatoire des retraites et publié par Liaisons Sociales Magazine, 72% des Français estiment qu'une nouvelle réforme des retraites sera nécessaire dans les deux ans qui viennent.

(Emmanuel Jarry, édité par Sophie Louet)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.