Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le chômage augmente pour le onzième mois consécutif

Reuters26/04/2012 à 22:29

Le chômage augmente pour le onzième mois consécutif

PARIS (Reuters) - Le chômage a augmenté pour le onzième mois consécutif en France en mars pour atteindre son plus haut niveau depuis septembre 1999, une mauvaise nouvelle de plus pour le président sortant, toujours devancé dans les sondages à dix jours du second tour.

La dégradation a touché toutes les catégories de demandeurs d'emploi le mois dernier et porte la hausse du nombre de chômeurs à 35% depuis l'élection de Nicolas Sarkozy en mai 2007.

"M. Sarkozy, plus que jamais le candidat du vrai chômage !", déclare la première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, ironisant dans un communiqué sur le désir du président sortant d'organiser une fête du "vrai travail" le 1er mai en marge des défilés traditionnels des syndicats.

Le nombre de demandeurs d'emploi n'ayant exercé aucune activité (catégorie A) a augmenté de 16.600 (+0,6%) en mars en France métropolitaine pour atteindre 2.884.500, selon le ministère du Travail et Pôle Emploi. Sur un an, la hausse est de 7,2%.

En tenant compte des personnes exerçant une activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 30.700 (+0,7%) en mars à 4.309.300 (+6,4% sur un an).

Avec les départements d'Outre-mer, le nombre de demandeurs d'emploi en catégories A, B et C s'inscrit à 4.582.000.

"Il faudra attendre la seconde partie de 2012, voire la fin de 2012 pour que le chômage se résorbe", déclare le Premier ministre, François Fillon, dans un entretien à paraître vendredi dans Les Echos.

Le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy Henri Guaino a pour sa part déclaré: "Je ne dis pas qu'il y a de quoi être satisfait de la situation, elle est désastreuse, mais elle est tellement pire ailleurs."

"Nous avons réussi en France, un peu, à endiguer la montée du chômage par rapport à ce qui se passe ailleurs", a-t-il ajouté sur I>TELE, citant la Grèce et les Etats-Unis.

UN MILLION DE CHÔMEURS DE PLUS DEPUIS 2007

Depuis mai 2007, date de l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, le chômage de catégorie A en France métropolitaine a augmenté de 34,9%, soit 746.900 personnes supplémentaires.

Pour les catégories A, B, C, ce nombre est en hausse de 1.077.800 sur la même période (+33,4%).

"Nicolas Sarkozy voulait ramener le chômage à 5%, il l'a porté à 10%. Le candidat sortant n'assume aucune responsabilité dans cet échec. Il n'y est pour rien, c'est la faute de la crise!", déplore Alain Vidalies, chargé de l'emploi dans l'équipe de François Hollande, dans un communiqué.

Le Front national, dont les électeurs sont courtisés après le score de Marine Le Pen au premier tour (17,9%), a renvoyé dos-à-dos Nicolas Sarkozy et le Parti socialiste.

"L'UMP et le PS sont à bout de souffle sur la question de l'emploi", écrit Florian Philippot, porte-parole de Marine Le Pen, dans un communiqué.

"La France a besoin a besoin de créer de la valeur et de l'emploi. Pour cela, elle doit se réarmer face à la mondialisation sauvage, en mettant en place des protections intelligentes à ses frontières, pour lutter contre la concurrence déloyale qui détruit notre industrie", poursuit-il.

En mars, toutes les tranches d'âge de la population ont été touchées par la dégradation de l'emploi.

Au sein de la catégorie A, le nombre de demandeurs d'emploi de moins de 25 ans est en hausse de 0,9% (+5,2% sur un an). Le nombre de demandeurs d'emploi âgés de 25 à 49 ans augmente de 0,3% (+5,1% sur un an) tandis que celui des personnes âgées de 50 ans et plus s'accroît de 1,1% (+15,6% sur un an).

Pour le cumul des catégories A, B, C, les trois tranches d'âge ont également vu leur nombre progresser. De 1,2% pour les moins de 25 ans (+4,3% sur un an), de 0,5% pour les 25-49 (+4,5% sur un an) et de 1,1% pour les 50 ans et plus (+14,6% sur un an).

Le nombre de chômeurs de longue durée progresse pour sa part de 0,6% pour les catégories A, B et C, la hausse sur un an ressortant à 7,0%.

Matthias Blamont et Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.