Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le choix est entre le dialogue social et la rupture, dit Valls

Reuters15/10/2015 à 11:26

* Contexte social tendu à moins de deux mois des régionales * Crise à Air France, boycott de la CGT, grogne des policiers * Hollande et Macron pris à partie PARIS, 15 octobre (Reuters) - Le gouvernement a réaffirmé jeudi son attachement au dialogue social dans un contexte tendu, marqué par le boycott de la CGT de la prochaine conférence sociale, la crise à Air France et la grogne des policiers, moins de deux mois avant les régionales. "Au fond, nous sommes face à un choix", a estimé Manuel Valls sur BFM TV RMC. "Soit nous avançons en réformant (...) et nous le faisons dans le dialogue, soit nous faisons un autre choix qui est celui du conservatisme, ou du refus du dialogue ou de la rupture, ce que présentent avec des projets différents (...) et l'extrême droite et Nicolas Sarkozy". "Plus de dialogue social, plus de paritarisme, plus de rôle pas seulement pour les syndicats mais pour les acteurs qui représentent aujourd'hui les Français : il est là le choix entre la réforme dans le respect des uns et des autres et la rupture", a ajouté le Premier ministre. La crise à Air France, dont l'annonce d'un plan de restructuration début octobre a été émaillée de violences de salariés, a mis le gouvernement socialiste, qui a fait du dialogue social une priorité, à rude épreuve. Mardi, un membre de la CGT a refusé de serrer la main à François Hollande, en visite sur les chantiers navals STX de Saint-Nazaire, reprochant au chef de l'Etat de ne pas dénoncer "la violence patronale" dans le dossier Air France. Le même jour à Lyon, Emmanuel Macron a été sifflé et hué par une centaine de manifestants, parmi lesquels des membres de la CGT. Une militante a pris le ministre de l'Economie à partie en criant "vous assassinez les chômeurs", avant d'être évacuée de la salle par le service d'ordre. POLITIQUE DE LA CHAISE VIDE "Je ne sais pas si ça grogne mais il y a indiscutablement des tensions", a déclaré jeudi le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement au Jean-Marie Le Guen sur iTELE. "Raison de plus pour apaiser cette société, avoir un dialogue le plus rationnel, le plus respectueux possible". Interrogé sur les critiques émises sur le dialogue social, qui selon certains serait rompu, il a répondu : "je ne comprends ces critiques. Pour le coup, la considération, le respect et l'écoute, c'est quand même la marque de François Hollande". A cinq jours de la conférence sociale, la CGT a annoncé mercredi soir qu'elle ne participerait pas à cette réunion à laquelle sont conviées les principales organisations patronales et syndicales, invoquant l'ordre du jour et le contexte actuel. "Quand on refuse de serrer la main, quand on refuse de dialoguer on ne fait pas avancer la société française et la société française a besoin de réformes et d'avancer", a estimé Manuel Valls. Le chef de file des députés PS à l'Assemblée nationale Bruno Le Roux a quant à lui regretté la décision de la CGT. "C'est bien dommage", a-t-il dit sur France 2. "Je regrette qu'il y ait une politique de la chaise vide quand on réunit pour discuter, on ne réunit pas pour obliger". "Le gouvernement, et le président de la République, est depuis le premier jour aux côtés du monde du travail, quand on met en place la sécurité sociale professionnelle, quand on fait en sorte de réquilibrer entre revenus du capital et revenus du travail pour faire en sorte de rendre l'impôt plus juste." (Marine Pennetier, avec Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.