1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le chlore utilisé systématiquement en Syrie, selon l'OIAC
Reuters10/09/2014 à 19:07


(Précisions) AMSTERDAM, 10 septembre (Reuters) - Des "éléments convaincants" laissent à penser que du gaz chloré a été utilisé "systématiquement et de façon répétée" cette année dans le nord de la Syrie, rapporte mercredi l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). L'OIAC signale une "réduction sensible" des témoignages faisant état de bombardements au chlore depuis l'arrivée en mai d'une commission d'enquête mais dit en avoir enregistré à nouveau un très grand nombre en août. L'an dernier, le président syrien Bachar al Assad, menacé de frappes occidentales, a accepté de remettre à la communauté internationale, en vue de leur destruction, 1.300 tonnes d'armes chimiques. La majeure partie de cet arsenal chimique a effectivement été éliminée mais le gouvernement de Damas doit toujours détruire douze hangars et plusieurs installations souterraines, ainsi que clarifier certaines déclarations faites à l'OIAC sur la liste des armes chimiques en sa possession. Selon l'OIAC, le chlore a été utilisé cette année à Talmanès, Al Tamanah et Kafr Zeta, dans le nord de la Syrie. L'OIAC, qui ne précise pas quel camp l'a employé à des fins militaires, tire ses conclusions à partir de récits de dizaines de victimes de ces attaques, de médecins et de témoins. La semaine dernière, les Nations unies ont fait savoir que la déclaration présentée par la Syrie sur ses armes chimiques comportait toujours des zones d'ombre et Washington a dit craindre que des stocks omis et toujours présents en Syrie ne tombent aux mains des djihadistes de l'Etat islamique (EI). ID:nL5N0R55KT (Thomas Escritt, Jean-Philippe Lefief et Guy Kerivel pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer