1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le calendrier de la réforme Assurance chômage présenté mardi
Reuters25/02/2019 à 06:43

LE CALENDRIER DE LA RÉFORME ASSURANCE CHÔMAGE PRÉSENTÉ MARDI

PARIS (Reuters) - Le gouvernement présentera mardi la "méthode et le calendrier" de sa prochaine réforme sur l'Assurance chômage après l'échec des négociations entre partenaires sociaux survenu la semaine dernière, a annoncé dimanche la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

"Je regrette vivement que la négociation n'ait pas pu aboutir. C'est arrivé deux fois, en 1982 et en 2001, donc ça n'arrive pas souvent. Je le regrette, du coup c'est à l'Etat de définir les règles", a déclaré Muriel Pénicaud sur LCI.

"Mardi prochain, le Premier ministre et moi-même annoncerons la méthode et le calendrier", a-t-elle ajouté.

Muriel Pénicaud s'était dit prête jeudi dernier sur BFMTV a prendre des mesures par décret en cas d'échec des négociations pour mettre en place cette réforme qui vise à réaliser 3 à 3,9 milliards d'économies sur trois ans, réviser les règles du cumul emploi-chômage et enrayer l'abus des contrats de courte durée.

"Paieront plus à l'Assurance chômage les entreprises qui remettent toujours les mêmes personnes au chômage", a-t-elle expliqué ce dimanche. "Par contre les entreprises qui font des efforts, qui mettent moins de gens au chômage, vont payer moins."

Elle compte également revoir les "règles pour les demandeurs d'emploi" qui permettent dans certains cas, selon elle, de gagner plus en alternant périodes de chômage et d'activité qu'en travaillant à temps plein.

Emmanuel Macron a provoqué la colère des organisations syndicales et patronales jeudi en pointant un manque de "responsabilité" des corps intermédiaires qui, dans certaines situations "difficiles" choisissent selon lui de redonner la main à l'exécutif. et

Pour les responsables syndicaux et patronaux, les objectifs de la réforme voulue par le gouvernement étaient irréalistes.

Le point d'achoppement s'est cristallisé autour de la mise en place du bonus-malus, dispositif qui consiste à moduler les cotisations patronales en fonction de l'utilisation des contrats de courte durée, que le patronat considère "mortifère pour l'emploi".

(Caroline Pailliez, édité par Tangi Salaün)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • vazi
    25 février07:10

    Vous avez voulu imposer des règles trop strictes ainsi vous cacher derrière les syndicats qui auraient pris des décisions à votre placeMais il n'en est rien et vous prendrez les responsabilités de vos décisions

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer