Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le budget de la Sécu réduirait le déficit à 13,9 milliards

Reuters01/10/2012 à 21:08

COR-LE GOUVERNEMENT PRÉSENTE LE BUDGET 2013 POUR LA SÉCU

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a présenté lundi le projet de budget de la sécurité sociale pour 2013, qui prévoit 2,4 milliards d'euros d'économies et 5 milliards de hausses des prélèvements au total pour contribuer à réduire le déficit public à 3% l'an prochain.

Le déficit de la sécurité sociale serait réduit à 13,9 milliards d'euros fin 2013, dont -11,4 milliards pour le régime général, qui concerne la majorité des salariés, et -2,6 milliards pour le fonds de solidarité vieillesse (FSV).

Ceci représente une baisse de 3,5 milliards d'euros par rapport au déficit de 17,4 milliards attendu en 2012 (-13,3 milliards pour le régime général et - 4,1 milliards pour le FSV).

Les mesures annoncées lundi représentent 2,1 milliards d'euros d'économies et 3,4 milliards de hausses des prélèvements pour les seuls régime général et FSV.

Elles comprennent une contribution de près de 500 millions d'euros sur la bière et une nouvelle hausse du prix du tabac pour un gain de 125 millions, après celle intervenue lundi.

Le durcissement des prélèvements sociaux des travailleurs indépendants doit rapporter 1,1 milliard d'euros, l'application du forfait social aux indemnités de rupture conventionnelle 330 millions, et une réforme des prélèvements sur le secteur financier près de 650 millions.

Une contribution de 0,15% sur les pensions des retraités qui payent la CSG sera en outre créée (350 millions d'euros attendus) et la possibilité de calculer forfaitairement les cotisations des emplois à domicile sera abrogée (340 millions).

Côté économies, le gouvernement espère notamment trouver 1,8 milliard d'euros dans les soins de villes et 650 millions dans les soins hospitaliers.

L'ÉQUILIBRE ATTENDU EN 2014

"Les patrons ne sont pas des pigeons", a répondu lundi la CGPME dans un communiqué, déplorant que ce texte s'attaque "à ceux qui prennent des risques".

L'organisation patronale critique en particulier les mesures touchant les travailleurs indépendants, les auto-entrepreneurs, les employeurs à domicile et les cliniques et hôpitaux privés.

Au sein du régime général, le déficit de l'assurance maladie atteindrait 5,1 milliards fin 2013 (-5,5 en 2012), celui des retraites 4 milliards (-5,2 en 2012), celui de la branche famille 2,6 milliards (-2,5 en 2012) alors que la branche maladies professionnelles et accidents du travail dégagerait un excédent de 300 millions d'euros (-100 millions en 2012).

L'objectif national des dépenses d'assurance maladie sera fixé à 2,7% l'an prochain, avant un ralentissement à +2,6% en 2014, puis +2,5% chaque année à partir de 2015. Cette trajectoire doit permettre d'économiser 2,7 milliards d'euros par an en moyenne sur cette période.

Ce projet de budget de la sécurité sociale est le second volet du plan de redressement des finances publiques du gouvernement, qui a présenté vendredi son projet de budget de l'Etat.

Les autorités françaises prévoient d'équilibrer les comptes des administrations de sécurité sociale en 2014 et de dégager un excédent les années suivantes.

Les comptes des administrations de sécurité sociale ont un champ plus large que ceux de la sécurité sociale - ils intègrent par exemple l'assurance chômage - et leur déficit est très critiqué par la Cour des comptes qui y voit une "anomalie".

Son premier président, Didier Migaud, a de nouveau souligné le mois dernier que ce déficit avait représenté 0,6 point de PIB en 2011 alors que la moyenne des pays de la zone euro est de zéro et que l'Allemagne est en excédent.

La France s'est engagée à réduire son déficit public de 4,5% du produit intérieur brut fin 2012 à 3% fin 2013 par un effort global d'environ 37 milliards d'euros l'an prochain, avec le risque de devoir faire plus si la croissance économique fait défaut.

édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.