Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le budget britannique sous pression, Londres en appelle à la BoE

Reuters20/03/2013 à 20:00

LA BANQUE D'ANGLETERRE POURRA SOUTENIR L'ÉCONOMIE AVEC DES MESURES NON-CONVENTIONNELLES

par William Schomberg et David Milliken

LONDRES (Reuters) - Le ministre britannique des Finances, George Osborne, a annoncé mercredi une division par deux de la prévision de croissance officielle pour cette année et, faute de marges de manoeuvre budgétaire, il s'est tourné vers la Banque d'Angleterre, incitée à faire davantage pour soutenir l'économie.

Présentant au Parlement le projet de budget pour l'exercice 2013-2014, qui débutera le 1er avril, le chancelier de l'Échiquier a expliqué que la banque centrale conserverait un objectif d'inflation de 2% par an, mais que celui-ci était insuffisant.

"Comme nous l'avons constaté ces cinq dernières années, une inflation basse et stable est une condition nécessaire mais pas suffisante de la prospérité", a-t-il dit dans un discours régulièrement ponctué par les huées de l'opposition.

Le mandat de la Banque d'Angleterre (BoE) sera donc modifié pour qu'y figure l'éventualité d'un recours à "des instruments monétaires non-conventionnels pour soutenir l'économie".

La BoE a consacré 375 milliards de livres (320 milliards d'euros) ces dernières années à l'achat d'emprunts d'Etat pour favoriser le crédit, une politique d'"assouplissement quantitatif" (QE) qui l'a fait sortir de ses attributions habituelles.

La modification du mandat annoncée mercredi obligera aussi l'institut d'émission à s'expliquer plus clairement sur ses prévisions d'évolution de l'inflation.

Cette évolution pourrait rapprocher son mode de fonctionnement de celui de la Réserve fédérale américaine, devenue ces dernières années beaucoup plus explicite sur la durée prévue du maintien de ses mesures de soutien à l'économie.

Elle coïncide pratiquement avec l'arrivée, prévue en juillet, d'un nouveau gouverneur à la tête de la banque centrale en la personne de Mark Carney, qui dirige actuellement la Banque du Canada.

George Osborne a annoncé que la croissance britannique ne devrait pas dépasser 0,6% cette année, moitié moins qu'attendu il y a encore trois mois, mais il s'est engagé à poursuivre sa politique d'austérité budgétaire.

"Cela prend plus longtemps qu'espéré mais nous devons nous maintenir sur la bonne voie", a-t-il plaidé.

DES ALLÈGEMENTS FISCAUX MALGRÉ L'AUSTÉRITÉ

L'Office for Budget Responsibility (OBR), l'organisme indépendant chargé d'établir les prévisions servant de socle au budget, s'attend à une progression de 1,8% du produit intérieur brut (PIB) en 2014, a poursuivi le ministre.

Il a noté que, même ralentie, la croissance du Royaume-Uni devrait dépasser celle de la France et de l'Allemagne cette année et l'an prochain.

Il a assuré que Londres restait en mesure de ramener ses finances publiques à l'équilibre d'ici cinq ans. Le déficit budgétaire devrait revenir à 6,8% du PIB sur l'exercice 2013-2014 après 7,4% en 2012-2013 selon l'OBR.

En revanche, le gouvernement de David Cameron s'est résolu à repousser une nouvelle fois d'un an l'objectif de stabilisation du ratio dette/PIB, qui devrait bientôt dépasser 80%.

En dépit de leur chute dans les sondages d'opinion, David Cameron et George Osborne ont choisi de tenir le cap de l'austérité dans l'espoir qu'une reprise de l'économie leur permette d'en tirer les bénéfices lors des élections prévues en 2015.

Cette position n'a pas été remise en cause par la décision prise le mois dernier par l'agence Moody's de priver Londres de la note suprême "triple A". Moody's a estimé mercredi que le budget et les nouvelles prévisions de l'OBR ne devraient pas remettre en cause la perspective "stable" de sa nouvelle note Aa1.

Les deux autres grandes agences, Standard & Poor's et Fitch, notent toujours le Royaume-Uni AAA, mais avec une perspective négative.

Le budget présenté mercredi prévoit néanmoins plusieurs mesures d'allégement de la fiscalité: le taux de l'impôt sur les sociétés devrait ainsi être ramené à 20% en 2015, contre 23% aujourd'hui, et les cotisations sociales réduites.

Pour les particuliers, le gouvernement prévoit de porter le seuil d'imposition sur le revenu à 10.000 livres à partir de l'an prochain, soit un an plus tôt que prévu initialement, contre un peu plus de 8.000 livres actuellement.

George Osborne a aussi annoncé l'abandon du mécanisme d'indexation automatique de la taxe sur la bière, le "beer tax escalator", qui s'est traduit par une envolée de 42% de cette taxe en cinq ans.

Il a également dévoilé un nouveau mécanisme d'aide à l'accession à la propriété destiné à relancer un secteur immobilier en pleine déprime que le gouvernement perçoit comme un élément clé de la relance de l'économie.

Marc Angrand pour le service français, édité par Nicolas Delame

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.