1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le budget 2018 profitera surtout aux plus aisés, selon l'OFCE

Le Parisien16/01/2018 à 07:50

Le budget 2018 profitera surtout aux plus aisés, selon l'OFCE

Les mesures du budget 2018 pour les ménages n'auront quasiment pas d'effet sur leur pouvoir d'achat cette année puis permettront une augmentation générale des niveaux de vie en 2019, selon une étude de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) publiée lundi. Mais, dans les deux cas, elles devraient surtout profiter aux plus aisés.Selon cette étude, les mesures votées dans le cadre de la loi de finances pour 2018 ne feront augmenter le pouvoir d'achat des ménages que de 200 millions d'euros cette année. En revanche, « la montée en charge des mesures fiscales et les nouvelles revalorisations de prestations » devraient permettre « d'accroître le pouvoir d'achat de plus de 6 milliards d'euros » en 2019, estime le think tank, classé à gauche.La transformation de l'ISF avantage les plus aisésToutefois, que ce soit en 2018 ou en 2019, les principaux bénéficiaires de ces mesures seront les ménages les plus aisés, qui devraient profiter pleinement des réformes sur la fiscalité du capital mobilier (transformation de l'impôt sur la fortune en impôt sur la fortune immobilière, mise en place d'un prélèvement forfaitaire unique de 30 %).En 2018, les mesures auront un impact nul sur le pouvoir d'achat des classes moyennes. Les ménages les plus pauvres et la tranche de ceux qui se situent juste en dessous des 5 % les plus aisés verront leur niveau de vie se réduire.L'augmentation de la fiscalité et la CSG pénalise les plus modestesPour les ménages les plus pauvres, les revalorisations des minima sociaux prévues fin 2018 « ne compensent pas les hausses de la fiscalité indirecte » sur le tabac et l'énergie cette année. « Pour ceux qui se situent entre les 75 % et les 95 % les plus aisés, l'impact plus faible de l'abattement de la taxe d'habitation et l'impact nul des autres mesures de pouvoir d'achat ne sauraient compenser l'augmentation de la fiscalité indirecte et de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7093115
    23 août10:36

    OFCE officine créee par la gauche et l' extrème gauche Ne pas se laisser abuser....

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer