1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Brexit repoussé, les pièces commémoratives seront détruites
Le Monde31/10/2019 à 09:36

Le Brexit n'a pas lieu ce jeudi 31 octobre. Les pièces qui célébraient cette date seront broyées et fondues.

Le Brexit est en train de fondre. Littéralement. Pour la sortie de l'Union européenne (UE), le gouvernement britannique avait prévu la fabrication de millions de pièces commémoratives de 50 pence. « Paix, prospérité et amitié avec toutes les nations » devait être inscrit sur une face. En dessous, la date fatidique : 31 octobre 2019. Leur production avait débuté.

Seulement, tout ne s'est pas passé comme prévu. Le Brexit est - une nouvelle fois - repoussé, et le Trésor britannique se retrouve avec quelques milliers de pièces inutilisables.

Le métal sera mis de côté, en attendant de le réutiliser pour la prochaine date

Celles-ci, qui auraient fait d'excellents symboles pour les esprits taquins et des médailles de collection rares pour les amateurs de numismatique, vont être détruites. Royal Mint, l'organisme public qui fabrique les pièces britanniques « depuis plus de mille ans », a choisi une option radicale : les pièces seront broyées puis fondues. Le métal sera mis de côté, en attendant de le réutiliser pour la prochaine date.

Personne ne sait exactement combien de pièces avaient déjà été fabriquées. Sajid Javid, le chancelier de l'Echiquier, aurait commandé la fabrication de 3 millions d'entre elles pour marquer le coup, mais même cette information n'est pas confirmée. Le Trésor britannique laisse entendre que seules quelques milliers étaient déjà disponibles. Il insiste le plus sérieusement du monde que cette destruction monétaire ne coûtera de toute façon pas un centime au contribuable, Royal Mint ayant accepté d'en prendre le financement à son compte. L'entreprise appartenant à l'Etat à 100 %, le calcul comptable est discutable.

... Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer