Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le bilan s'alourdit aux Philippines, où l'aide s'organise

Reuters15/11/2013 à 18:44

LE BILAN S'ALOURDIT AUX PHILIPPINES

par Stuart Grudgings et Aubrey Belford

TACLOBAN, Philippines (Reuters) - Le bilan des victimes du typhon Haiyan aux Philippines s'élève à 4.000 morts au moins pour l'ensemble de l'archipel où l'aide internationale s'organise lentement après le passage du cyclone il y a une semaine.

Des centaines d'employés d'organisations humanitaires ont installé des hôpitaux de campagne et une partie de l'aide de première nécessité commence à parvenir aux rescapés.

Toutefois, certaines régions enclavées restent difficiles à secourir et l'approvisionnement en eau, en nourriture et en médicaments ne peut être apporté que par hélicoptère.

"Nous sommes très, très inquiets pour des millions d'enfants", a confié Marixie Mercado, porte-parole de l'Unicef, le fonds de l'Onu pour l'enfance.

L'effort de la communauté internationale est très généreux mais il n'apparaît toutefois pas exceptionnel compte tenu de l'ampleur du désastre, a estimé Jens Lärke, du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'Onu.

Pour le maire de Tacloban, ville particulièrement touchée par le typhon, le nombre de morts serait d'environ 4.000, soit nettement plus que les 2.000 à 2.500 avancés par le président philippin, Benigno Aquino.

Ce bilan était inscrit vendredi au marqueur sur un tableau blanc installé dans l'hôtel de ville. Il compile les chiffres fournis par les fonctionnaires locaux qui ont commencé à inhumer les corps dans des fosses communes.

CONFUSION

Des responsables ont confirmé que le nombre de tués avait augmenté de 1.200 au cours des dernières 24 heures pour s'établir au-dessus de 3.600.

Une certaine confusion continue malgré tout de régner sur les chiffres. Le gouvernement a suggéré un bilan de 4.460 tués, repris par l'Onu, avant qu'un porte-parole ne précise que ce chiffre était en cours de vérification.

"J'espère que cela ne va plus augmenter. J'espère que c'est le chiffre définitif. S'il augmente encore, ce sera probablement très peu", a déclaré Eduardo del Rosario, directeur du Conseil national de gestion et de prévention des risques naturels.

Le maire de Tacloban, Alfred Romualdez, a déclaré que les corps de certains habitants ont sans doute été emportés par l'océan lorsque des vagues géantes gonflées par la tempête se sont déversées sur les côtes, à la façon d'un tsunami.

Au delà de l'incertitude concernant le nombre exact de tués, les secours font face à de nombreux problèmes logistiques. Les autorités locales affirment manquer de sacs mortuaires, de carburant et de personnel pour récupérer les corps des victimes.

"Il y a plein de rues qui n'ont pas encore bénéficié de l'intervention des secouristes. Ils concentrent leurs actions sur les grands axes, pas sur les rues secondaires", explique un habitant du quartier de San Jose, l'un des plus sinistrés. "L'odeur est de pire en pire, on a des voisins qui ont dû être hospitalisés parce qu'ils étaient tombés malades".

"DÉSASTRE ABSOLU"

La Croix-Rouge a revu à la hausse son estimation du nombre de disparus, établie à 25.000 vendredi contre 22.000 la veille. Toutefois, cette évaluation ne tient pas compte de personnes qui ont pu être retrouvées entre-temps.

Le typhon a fait selon les Nations unies plus de 920.000 déplacés, dont beaucoup n'ont toujours pas reçu d'aide.

"C'est vrai, il y a encore des zones que nous n'avons pas pu atteindre où les gens ont désespérément besoin d'aide", a reconnu la secrétaire générale adjointe de l'Onu chargée des affaires humanitaires, Valerie Amos. "J'espère que cela changera radicalement dans les prochaines 48 heures", a-t-elle dit devant la presse à Manille.

L'arrivée du porte-avions américain "George Washington" au large de la province orientale de Samar devrait notamment contribuer à améliorer la situation.

"On voit que l'aide internationale commence à arriver", confirme le capitaine Victoriano Sambale, un médecin militaire philippin, qui soigne depuis samedi les blessés dans une pièce pleine de saleté et de débris.

"Le premier jour, on a traité plus de 600 patients. Le deuxième, ils étaient plus de 700. Depuis, on ne compte plus", confie-t-il.

La Grande-Bretagne va également dépêcher le porte-hélicoptères "HMS Illustrious" et le Japon prépare l'envoi d'un millier de soldats, accompagnés de navires, d'hélicoptères et d'avions de transport.

"C'est un désastre absolu. Les gens cherchent désespérément de la nourriture, de l'eau, un abri, des informations sur leurs êtres chers. (...) Il est temps maintenant que la communauté internationale soutienne le peuple des Philippines", a déclaré le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, jeudi lors d'une visite en Lettonie.

Jean-Stéphane Brosse, Tangi Salaün et Pierre Serisier pour le service français, édité par Gilles Trequesser


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.