Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le baroud d'honneur de Ségolène Royal

Reuters14/06/2012 à 20:50

Le baroud d'honneur de Ségolène Royal

par Sophie Louet

PARIS (Reuters) - Ségolène Royal ne s'avoue pas vaincue, mais ses chances d'élection dimanche en Charente-Maritime, paraissent de plus en plus ténues face au dissident socialiste Oliver Falorni dans le combat le plus médiatisé du second tour des législatives.

Le ton a viré à l'aigre jeudi entre les duellistes de la première circonscription, la présidente du Poitou-Charentes dénonçant une "opération de déshonneur politique", son adversaire l'accusant de "perdre totalement les pédales".

Rompue aux coups bas, aux manoeuvres et aux revers, l'"icône" que l'UMP rêve d'abattre chancèle pourtant, au point que des observateurs comparent La Rochelle à la dernière station d'un chemin de croix politique entamé depuis sa candidature malheureuse à l'élection présidentielle de 2007.

"Tout semble indiquer que Ségolène Royal va perdre cette élection. Il y a une vraie mobilisation de la droite sur place. Si la droite locale peut la faire chuter dans la perspective des élections territoriales de 2014, elle ne va pas s'en priver", estime François Miquet-Marty (ViaVoice).

"Ça permettra éventuellement de faire oublier autre chose", ajoute-t-il, en allusion notamment à la stratégie controversée de l'UMP envers le Front national.

"UN CHOC"

Le "tweet" de la compagne de François Hollande, mardi, en faveur d'Olivier Falorni et un sondage désastreux, mercredi, ont ému aux larmes Ségolène Royal, tout comme en octobre dernier les humiliants 7% de la primaire d'investiture socialiste.

L'enquête, réalisée par Ifop, crédite de 58% Olivier Falorni, qui refuse de se désister malgré les appels en ce sens du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, et sa rivale de 42%.

Olivier Falorni, ex-premier secrétaire de la fédération PS de Charente-Maritime, exclu du parti en février pour avoir refusé de se soumettre au "diktat" de l'état-major socialiste, bénéficierait d'un fort report de voix des électeurs UMP (82%) que le président du conseil général de Charente-Maritime, Dominique Bussereau, presse de plébisciter "le candidat de terrain".

"C'est un choc, car je ne pensais pas que la droite se reporterait aussi massivement sur mon concurrent, dissident de gauche ayant le soutien de la droite, de l'extrême droite et de certaines vieilles complicités d'appareil. Mais je ne m'avoue jamais vaincue", dit Ségolène Royal à Libération.

"Beaucoup d'électeurs de gauche, je l'espère, ne voudront pas participer à cette opération de déshonneur politique", souligne-t-elle.

Maxime Bono, le maire socialiste de La Rochelle et député sortant qui a cédé sa place à Ségolène Royal, a estimé jeudi sur France Inter qu'Olivier Falorni était le "cheval de Troie" de la droite.

LA MAIN DE JOSPIN?

Le paradoxe veut que l'iconoclaste Ségolène Royal, qui s'est aliéné les éléphants du PS en voulant se construire par-delà les partis, risque de payer dimanche une candidature validée par l'appareil au nom du rassemblement de la gauche.

Dans VSD, l'ancienne ministre de l'Environnement de François Mitterrand dit voir la main de Lionel Jospin et de ses soutiens locaux - l'ancien Premier ministre réside souvent sur l'île de Ré toute proche - dans ce psychodrame à la frontière de l'intime et du politique : "Ces revanchards qui n'ont jamais accepté qu'une femme assume un destin politique au plus haut niveau".

Dans "L'Impasse", publié en septembre 2007, Lionel Jospin stigmatisait l'ex-candidate Ségolène Royal, "une figure seconde de la vie publique".

"Rien ne m'a été épargné alors que j'ai été exemplaire pendant la primaire et la campagne présidentielle", déplore dans Libération celle qui, malgré la séparation en 2007 d'avec le père de ses quatre enfants, forme toujours dans l'inconscient français un couple politique avec François Hollande.

Le tweet de Valérie Trierweiler est une des conséquences de ce pas de deux inédit dans les annales de la Ve République.

"L'affaire du tweet peut peut-être corriger un tout petit peu la situation en plaçant Ségolène Royal en situation de victime, mais c'est marginal", juge Jean-François Doridot (Ipsos).

Selon Emmanuel Rivière, directeur du département stratégies d'opinion de TNS Sofres, ce rebondissement "peut faire que des électeurs de droite restent chez eux pour ne pas participer à cette mascarade et que les électeurs de gauche se mobilisent, parce qu'ils craignent que la défaite de Ségolène Royal mette François Hollande en difficulté".

La présidente de Poitou-Charentes, qui a de longue date manifesté son intérêt pour la présidence de l'Assemblée, affirmait mardi qu'elle n'arrêterait pas la politique en cas de défaite. "Si c'était facile, ça se saurait. Avec moi d'ailleurs, ça n'est jamais très facile".

Avec la contribution d'Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.