Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le banditisme corse en lumière au procès visant un cercle de jeu

Reuters05/12/2012 à 18:26

OUVERTURE D'UN PROCÈS AUTOUR DU BANDITISME CORSE

par Thierry Lévêque

PARIS (Reuters) - Le procès de dix membres et alliés présumés d'un clan de truands corses s'est ouvert lundi à Paris pour "association de malfaiteurs et extorsion" autour du cercle de jeu parisien Wagram, une affaire emblématique de ce phénomène criminel.

Prégnant depuis des décennies, le banditisme en Corse est revenu brutalement dans l'actualité avec l'assassinat de deux figures publiques, l'avocat Antoine Sollacaro mi-octobre et le président de la chambre de commerce d'Ajaccio Jacques Nacer un mois plus tard. Le gouvernement a promis d'agir.

L'épisode qui est jugé par le tribunal correctionnel de Paris donne une idée crue des moeurs des gangs corses.

Des écoutes téléphoniques menées en 2011 sur les membres d'un premier clan soupçonné d'exploiter le Wagram à des fins de blanchiment avaient permis aux policiers de vivre en direct le prise de contrôle de l'établissement par un clan rival.

Ce sont aujourd'hui les membres supposés de ce second clan qui comparaissent. Le Wagram est sous le coup d'une fermeture administrative et la justice poursuit l'enquête sur le premier clan "déposé" lors du putsch, où aurait officié Jean Testanière, proche de nombreuses personnalités parisiennes du show-business.

Les "victimes" du putsch, notamment Jean Testanière, ne sont pas parties civiles et ne se sont pas rendues à l'audience. Les supposés "assaillants" nient vigoureusement les faits et parlent de relations d'affaires. Ils n'ont pu s'exprimer eux-mêmes dans un première audience consacrée aux formalités.

"Il n'y a pas eu de sang, pas une victime même. Parce que les victimes, parlons-en. Ce sont des victimes bien étranges, ce sont des gens comme Jean Testanière qui sont tous mis en examen pour des faits autrement graves", a dit Me Francis Vuillemin, avocat d'Hervé Pacini, ancien banquier du cercle.

Il soutient qu'il n'a participé à aucune association de malfaiteurs et qu'il souhaitait simplement en 2011 reprendre sa place dans le monde des jeux où il a toujours travaillé. Les autres prévenus entendent aussi plaider la relaxe comme lui.

UNE INSTITUTION PARISIENNE

Le Wagram, proche des Champs-Elysées, était une véritable institution de la nuit de Paris avec plus de 1.000 m2 sur trois niveaux et 167 employés, prospérant sur la mode du poker.

Géré conjointement avec l'Eldo - 300 m2 et 96 employés - situé dans le IIIe arrondissement, il était selon l'accusation la cible du grand banditisme en raison de la facilité d'en sortir des espèces et d'y blanchir de l'argent.

Le contrôle de ces cercles par le gang bastiais de la "Brise de mer" a été troublé, raconte l'accusation, par l'assassinat de ses dirigeants présumés Richard Casanova en avril 2008 et Francis Guazzelli en novembre 2009, qui aurait provoqué une sorte de guerre de succession.

L'enjeu n'était pas mince puisqu'une dizaine d'associés du gang se partageaient alors, suivant l'enquête, 30.000 à 40.000 euros par mois chacun d'argent "noir" du Wagram et de l'Eldo. Le maintien de cette rente pour Sandra Germani, veuve de Richard Casanova, serait à l'origine du litige, a conclu l'instruction.

C'est dans ces conditions qu'est intervenu le coup de force du 19 janvier 2011 au cours duquel, selon les écoutes téléphoniques, un groupe d'hommes a pris la place manu militari des anciens gestionnaires du Wagram.

Le trésorier "sortant" Jean-François Rossi affirme avoir été menacé de décapitation et avoir donc accepté de partir.

Une heure plus tard, les responsables de l'Eldo étaient priés de déguerpir sur-le-champ.

Parmi les présumés "putschistes" figure un ancien employé du Wagram devenu acteur, Frédéric Graziani, qui a notamment joué dans la série télévisée "Mafiosa", mettant en scène un gang corse dirigé par une femme et dans laquelle une scène similaire à celle du putsch a été tournée. Il nie les faits.

Le procès se prolonge jusqu'au 21 décembre.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.