1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le ballon du Mondial est vintage et high-tech
Le Parisien14/06/2018 à 09:22

Le ballon du Mondial est vintage et high-tech

Voilà quarante-huit ans qu'Adidas réinvente le ballon. Comme lors des douze dernières Coupes du monde, l'équipementier fournit la balle officielle du prochain Mondial, en Russie. Le Telstar 18 succède au Brazuca, utilisé au Brésil en 2014, et s'inspire du modèle qu'Adidas a produit pour cette compétition, au Mexique, en 1970.

Jusqu'à cette année-là, les ballons étaient d'une seule couleur, souvent marrons. Adidas propose des pentagones noirs mêlés à des hexagones blancs qui se détachent bien de la pelouse sur un écran de télévision en noir et blanc. Un ballon star, baptisé Telstar, qui marquera à jamais les esprits. Même l'icône en forme de « ballon » que l'on utilise aujourd'hui en écrivant un SMS reprend ce design quadragénaire.

Le Telstar 18 renoue donc avec ce look bicolore et arbore des figures géométriques comme pixelisées. « Nous voulions montrer que c'est une reconfiguration, une version digitalisée, de celui imaginé en 1970 », explique Sam Handy, designer en chef de la marque.

Le revêtement extérieur du ballon est un assemblage de six pièces en forme d'étoile. (Dirk Bruniecki pour Le Parisien Week-End)

 

Les ingénieurs ont travaillé durant deux ans

Il faut longer le terrain de foot de la firme, sa piste d'athlétisme, puis son mur d'escalade pour atteindre l'impressionnant siège d'Adidas, près de Nuremberg, en Allemagne. Deux années durant, les ingénieurs y ont peaufiné le Telstar 18. Sa structure interne a été revue pour obtenir un rendu plus homogène que celui du Brazuca de 2014. Le revêtement synthétique est constitué de six pièces identiques, en forme d'étoile à huit branches, scellées entre elles.

Objectif ? L'uniformité. Le ballon doit toujours répondre de la même façon, peu importe où le joueur le frappe. Les prototypes sont testés au rez-de-chaussée, dans le Future Lab. Cette salle aux murs gris abrite notamment une machine à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer