1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Lamassoure : «Macron ne sait pas à quelle famille européenne il va se rattacher»

Le Parisien22/02/2018 à 21:24

Lamassoure : «Macron ne sait pas à quelle famille européenne il va se rattacher»

Emmanuel Macron, qui retrouve ce vendredi ses pairs européens pour un sommet informel à Bruxelles, veut reproduire à l'échelon du continent le big-bang politique qui lui a réussi en France l'année dernière. Rien de moins que l'explosion des mastodontes du Parlement de Strasbourg. Le PPE (Parti populaire européen) qui regroupe les familles de la droite et son pendant à gauche, le PSE (Parti socialiste européen). Alain Lamassoure,vice-président de la délégation française du Parti populaire européen (PPE), réagit aux ambitions du chef de l'Etat.Le discours proeuropéen d'Emmanuel Macron a soulevé l'enthousiasme au Parlement européen. Et pourtant, il y rencontre des résistances. Comment l'expliquez-vous ?Alain Lamassoure. Son élection a été ressentie comme une formidable bonne nouvelle dans toute l'Europe. Il arrive avec un préjugé très favorable, à un moment où l'Europe a besoin d'une relance. Il n'empêche que, sur le fond, il y peut y avoir des divergences.Emmanuel Macron souhaite réitérer au Parlement européen la recomposition politique qu'il a menée en France, avec En Marche. Peut-il y arriver ?Nous sommes 27 pays. Ce n'est pas le dirigeant de l'un des 27 qui va recomposer toute la politique européenne. Il a pu recomposer la politique française, parce qu'il est arrivé -- avec un talent fou et un génie de la campagne -- à un moment où les partis politiques français étaient tous en crise grave. Mais l'échiquier européen n'est pas l'échiquier national. Il n'y a pas, tout d'un coup, une famille européenne qui va naître pour dire : Macron est un Dieu, nous voulons soutenir sa politique. Son problème, c'est qu'à l'heure où nous parlons, il ne sait pas à quelle famille européenne il va se rattacher. Il va vraisemblablement vouloir en créer une nouvelle à partir de la famille centriste actuelle, qui l'accueillera sans doute volontiers. Mais pour être influent, pour avoir ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer