Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La voie des réformes s'annonce étroite pour Manuel Valls

Reuters08/06/2015 à 10:02

LA VOIE DES RÉFORMES S'ANNONCE ÉTROITE POUR MANUEL VALLS

par Emmanuel Jarry

POITIERS, Vienne (Reuters) - Manuel Valls a promis ce week-end qu'il n'y aurait pas de pause dans les réformes mais la voie est étroite entre les exigences de son camp et des partenaires sociaux, les contraintes budgétaires et le souci de reconquérir l'opinion d'ici la présidentielle de 2017.

Une priorité s'impose au Premier ministre : enrayer la progression du chômage qui ne cesse de battre des records et sera une clef des prochaines échéances électorales.

"La question de l'emploi et donc des relations avec les entreprises est le sujet de préoccupation principal du président et du Premier ministre", souligne un élu proche de Manuel Valls.

"On ne parle que de ça aux petits déjeuners de la majorité à Matignon : comment faire pour avoir des relations plus apaisées avec les entreprises et ne pas lâcher des avantages sans contreparties", explique ce député.

Une première réponse sera donnée mardi à l'issue d'une réunion autour de François Hollande sur la relance de l'emploi dans les PME et très petites entreprises (TPE).

Manuel Valls pourrait notamment plafonner les indemnités pour licenciement abusif accordées par les prud'hommes.

Cette mesure est censée supprimer une cause de la "peur d'embaucher" évoquée par le patronat à longueur de déclarations, ce qui a amené le Premier ministre à dénoncer samedi à Poitiers le "discours anxiogène" de certains dirigeants du Medef.

Le Parti socialiste, pour une fois presque unanime, le presse de réorienter 15 milliards d'euros de baisse de charges restant dues aux entreprises si elles ne tiennent pas leurs engagements en matière d'emploi et d'investissement.

RASSURER LES ENTREPRISES

"Nous évaluerons avec les partenaires sociaux et les parlementaires la tenue de ces engagements. Ce rendez-vous approche", s'est borné à dire Manuel Valls au congrès du PS.

Le patronat dénonce par avance une réorientation qui serait à ses yeux une trahison de la parole de l'Etat. Or, souligne le même député, "François Hollande et Manuel Valls veulent rassurer les entreprises pour qu'elles embauchent".

Une ministre assurait cette semaine que, si modification il y avait, les aides resteraient sur "l'économie, l'emploi, pas sur le pouvoir d'achat".

Une solution intermédiaire pourrait être de réorienter une partie de ces 15 milliards vers les PME qui en ont le plus besoin, notamment, dans l'industrie, celles qui sont exposées à la concurrence internationale, explique cet élu.

Du côté des syndicats, une porte s'est fermée, celle d'un assouplissement du contrat de travail, demandé par le patronat mais auquel le gouvernement s'est résigné à renoncer.

Selon un sondage CSA publié vendredi par Les Echos, près d'un Français sur deux serait favorable à la création d'un contrat à durée indéterminée avec des clauses facilitant le licenciement en cas de difficulté économique, par exemple.

Mais "Manuel Valls sait que s'il touche au contrat de travail, il va se payer un conflit avec la CFDT", syndicat plutôt bien disposé à l'égard du gouvernement, souligne un parlementaire socialiste spécialiste de ces questions.

"En revanche, il peut y avoir des discussions sur les relations dans les entreprises, sur le ciblage des aides. Le redémarrage du chômage des jeunes peut justifier des mesures un peu fortes", souligne cet élu, pour qui l'emploi aidé ne peut pas être la réponse.

GRANDE CONFÉRENCE SOCIALE

Manuel Valls dispose d'un "dernier va-tout", estime-t-il encore : convoquer une grande conférence sociale à la fin de cette année ou au début de 2016 pour tenter de mettre d'accord les partenaires sociaux.

"Le Premier ministre en parle. Il en a très envie. Mais il doit y avoir des choses suffisamment intéressantes pour que le Medef accepte de se mettre autour de la table sans franchir des lignes rouges comme le contrat de travail", ajoute-t-il. "S'il veut tout le monde autour de la table, il faut du contenu."

En attendant, le Premier ministre a confié en marge du congrès du PS vouloir aller vite pour faire passer le projet de loi sur la croissance et l'activité du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, quitte à recourir de nouveau à la procédure de l'adoption sans vote.

Les députés "frondeurs" du PS, qui avaient refusé de voter ce texte en première lecture, exigent toujours des modifications sur un texte qu'ils jugent d'inspiration trop libérale.

Sous la pression du PS, Manuel Valls a également promis d'engager le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, "première étape d'une modernisation" du système fiscal.

Mais pour le reste, "tout ce qui sera en dehors de la question de l'emploi sera considéré comme non prioritaire", estime un député proche du Premier ministre.

(Avec Julien Ponthus et Grégory Blachier)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.