Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Turquie promet plus de démocratie malgré l'état d'urgence

Reuters21/07/2016 à 17:32
 (actualisé avec vote du Parlement) 
    par Humeyra Pamuk et Seda Sezer 
    ISTANBUL, 21 juillet (Reuters) - Les autorités turques se 
sont efforcées jeudi de convaincre les habitants du pays et le 
monde extérieur que la démocratie sortira renforcée de la 
tentative ratée de coup d'Etat du 15 juillet, après laquelle le 
président Recep Tayyip Erdogan a instauré l'état d'urgence pour 
la première fois depuis les années 1980. 
    Les jours écoulés depuis le putsch raté d'une faction de 
l'armée ont été marqués par l'arrestation, la révocation ou la 
suspension de dizaines de milliers de militaires, policiers, 
magistrats, enseignants et fonctionnaires.  
    Un député du principal parti d'opposition, le CHP (Parti 
républicain du peuple), a estimé que l'état d'urgence revenait à 
instaurer "une manière de gouverner qui ouvre la voie à des 
abus". 
    Recep Tayyip Erdogan a précisé mercredi soir que l'état 
d'urgence durerait trois mois au moins, expliquant que ce régime 
permettrait à son gouvernement de lutter rapidement contre les 
partisans du coup d'Etat.  
    L'instauration ces mesures exceptionnelles a pour objectif 
d'éviter que se produise une nouvelle tentative de coup d'Etat, 
a expliqué le ministre de la Justice Bekir Bozdag, assurant que 
les citoyens turcs ne ressentiraient aucun changement dans leur 
vie de tous les jours. 
    Le vice-Premier ministre Mehmet Simsek a quant à lui assuré 
que la Turquie ne renouerait pas avec la répression qu'elle a 
subie sous la loi martiale au cours des dernières décennies. 
    "L'état d'urgence en Turquie n'inclura aucune restriction de 
mouvement, de réunion, de liberté de la presse etc. Il ne s'agit 
pas de la loi martiale des années 1990", a-t-il écrit sur 
Twitter. "J'ai confiance, la Turquie en sortira avec une 
démocratie renforcée, une économie de marché qui fonctionne 
mieux et un climat plus favorable à l'investissement." 
    Mais les marchés financiers, qui apprécient généralement 
l'ancien banquier qu'est Simsek, ne semblaient pas convaincus 
dans l'immédiat: la livre turque  TRYTOM=D3  a touché un nouveau 
plus bas historique face au dollar et la Bourse d'Istanbul 
perdait près de 3,5% à la mi-journée  .XU100 . 
    Erdogan attribue la responsabilité de la tentative de putsch 
militaire - qui a fait 246 morts et des centaines de blessés - 
au réseau des partisans du prédicateur Fethullah Gülen, exilé 
aux Etats-Unis et il a demandé à Washington de l'extrader. 
    L'état d'urgence est entré en vigueur officiellement dès 
jeudi matin avec sa publication au Journal officiel. Son 
instauration a été formellement approuvée au Parlement par 346 
voix contre 145. 
    Le parti d'opposition nationaliste MHP avait exprimé son 
soutien à la décision du président, son chef de file, Devlet 
Bahceli, l'assurant de son soutien "inconditionnel dans cette 
période sombre et difficile, quoi qu'il en coûte". 
    Le vice-premier ministre Numan Kurtulmus a par ailleurs 
annoncé que la Turquie allait temporairement déroger à la 
Convention européenne des droits de l'homme (CEDH) suivant ainsi 
l'exemple de la France.   
 
 (Marc Angrand et Nicolas Delame pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.