Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Turquie poursuit ses attaques contre Benjamin Netanyahu

Reuters15/01/2015 à 19:09

(Actualisé avec réponse de Netanyahu) ISTANBUL, 15 janvier (Reuters) - Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a comparé jeudi son homologue israélien Benjamin Netanyahu aux terroristes islamistes qui ont tué 17 personnes la semaine dernière à Paris. Benjamin Netanyahu, s'exprimant à Jérusalem, a répliqué en demandant à la communauté internationale de condamner les propos tenus aussi bien par Ahmet Davutoglu que par le président turc Recep Tayyip Erdogan. "Je n'ai pas entendu la communauté internationale condamner ces propos inacceptables. Je tiens à dire clairement que si la communauté internationale ne condamne pas ceux qui soutiennent la terreur et ne se dresse pas avec force et clairement contre ceux qui la répandent, la vague de terreur qui parcourt le monde ne fera que s'accentuer", a dit Netanyahu. Lors d'une conférence de presse, Ahmet Davutoglu a déclaré que "Tout comme le massacre qui a été commis à Paris par des terroristes est un crime contre l'humanité, Netanyahu, en tant que chef d'un gouvernement qui tue des enfants en train de jouer sur une plage à Gaza, qui détruit des milliers de maisons (...) et qui a massacré nos compatriotes à bord d'un navire d'aide dans les eaux internationales, a commis des crimes contre l'humanité". Il faisait notamment référence à l'opération "Bordure protectrice" menée cet été à Gaza par l'armée israélienne et qui a coûté la vie à plus de 2.100 Palestiniens, dont environ 500 enfants, selon l'Unicef. En 2010, l'armée israélienne a donné l'assaut au navire turc Mavi Marmara, qui faisait partie d'une "flottille pour Gaza" voulant briser le blocus naval israélien autour de l'enclave palestinienne. Neuf Turcs ont péri dans cette opération. Les relations entre Israël et la Turquie n'ont cessé de se dégrader depuis lors. "PROVOCATION" Le porte-parole du président turc Recep Tayyip Erdogan juge quant à lui "inacceptable" et "islamophobe" de la part de Netanyahu de lier les attaques de Paris à l'islam. "Le gouvernement israélien doit mettre fin à sa politique agressive et raciste et cesser d'attaquer les autres en les traitant d'antisémites", écrit Ibrahim Kalin sur le site internet de la présidence. Lundi, Erdogan s'en est pris à Netanyahu qui a participé à la marche organisée la veille à Paris pour condamner les attentats. "Comment un homme qui a tué 2.500 personnes à Gaza en recourant au terrorisme d'Etat peut-il aller agiter la main à Paris (...) ? Comment ose-t-il faire une chose pareille ?", a-t-il dit. "Vous devriez commencer par annoncer combien de femmes et d'enfants vous avez tués", s'est indigné Erdogan à l'adresse du Premier ministre israélien. Le président turc n'a pas défilé dimanche à Paris, où il avait dépêché Ahmet Davutoglu. Mercredi, le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Liebermann, a traité Erdogan de "petit caïd antisémite", lors d'une réunion avec les ambassadeurs de l'Etat hébreu en Europe et en Asie. "Le silence poli, politiquement correct de l'Europe à propos d'un petit caïd de quartier antisémite comme Erdogan, lui et sa bande, tout cela nous ramène aux années 1930", a dit le chef du parti d'extrême droite Yisrael Beitenu. "Si l'Etat Israël cherche un petit caïd, il n'a qu'à se regarder dans un miroir", a répliqué jeudi Ahmet Davutoglu. Le Premier ministre turc a par ailleurs critiqué la publication par le journal de l'opposition laïque Cumhuriyet d'extraits du dernier numéro de Charlie Hebdo, l'hebdomadaire satirique attaqué il y a huit jours par les islamistes. Pour lui, la liberté de la presse ne signifie pas qu'on peut impunément insulter la religion, ce qui est d'ailleurs passible de prison en Turquie. "La liberté de la presse, cela ne veut pas dire pouvoir insulter le prophète", a dit Davutoglu. "Si les gens peuvent admettre qu'on insulte un individu, ils réagiront évidemment à un autre degré s'il s'agit du prophète. Puisque la Turquie a une telle sensibilité, publier un dessin qui vise à insulter le prophète, c'est de la provocation." (Nick Tattersall et Daren Butler; Guy Kerivel et Eric Faye pour le service français)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.