Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La tuerie de Toulouse change la campagne, dit un politologue

Reuters19/03/2012 à 19:59

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - La tuerie de Toulouse, dans laquelle trois enfants juifs et le père de deux d'entre eux ont péri lundi, constitue un tel traumatisme que la campagne présidentielle française en sera profondément affectée, prédit le politologue Dominique Reynié.

Pour ce professeur de l'Institut de sciences politiques de Paris, ce "passage à l'acte" s'inscrit dans une montée générale du populisme en Europe.

"Je suis convaincu que c'est un événement majeur qui va complètement réorienter la campagne", dit-il dans une interview à Reuters. "Ce qui a eu lieu jusqu'à présent va être quasiment effacé et une autre campagne va commencer."

"C'est un traumatisme considérable et nous sommes si près du premier tour que la société française dans son ensemble n'aura pas le temps de dépasser ce drame avant d'aller voter."

A 34 jours du premier tour de l'élection présidentielle, le 22 avril, l'attaque d'une école juive de Toulouse par un homme armé, qui pourrait aussi être l'assassin de trois militaires, dont deux musulmans et un antillais à Toulouse et à Montauban, a fait tomber une chape d'horreur sur la campagne présidentielle.

Plusieurs candidats, dont les deux principaux adversaires, le président sortant, Nicolas Sarkozy, et le socialiste François Hollande, ont bouleversé leur agenda pour aller sur place.

Pour Dominique Reynié, un tel événement appelle l'expression d'une "très forte unité nationale".

"Les Français seraient scandalisés s'il n'en était pas ainsi", explique-t-il. "Cet élan de solidarité et de compassion va déterminer la semaine qui vient. Ça va être très difficile de faire vivre les clivages comme ils ont vécu jusque-là."

"Le ton de la campagne ne pourra pas être le même", ajoute-t-il. "La campagne a été dominée par un ton extrêmement agressif et une rhétorique populiste très présente. Cette rhétorique va devoir cesser. Il va y avoir une demande d'apaisement."

Pour cet analyste, le discours des candidats va ainsi devoir "baisser en intensité" et devenir un discours consensuel, de compromis et d'explication "froide et rationnelle".

RÉCUPÉRATION INTERDITE

"On a eu jusqu'à présent une confrontation sans débat. Il faudra maintenant qu'on ait un débat, parce qu'on ne pourra plus se permettre, dans les trois semaines avant le premier tour, d'envolées à l'emporte-pièce, de saillies rhétoriques, de formules menaçantes ou de discours clivants", souligne-t-il.

L'exercice risque de s'avérer compliqué pour les candidats dans la mesure où l'élection présidentielle est justement "une élection qui clive", estime cependant Dominique Reynié.

Mais les candidats qui ne tiendront pas compte de la demande d'apaisement de l'opinion ou tenteront d'instrumentaliser le drame de Toulouse seront "incompris par les Français", dit-il.

"La récupération et l'instrumentalisation sont interdites. Celui qui dérogera sera puni, parce qu'on touche à des choses qui sont au-dessus de l'élection, pour les Français."

Dominique Reynié, qui étudie la montée du populisme en Europe, redoutait un "passage à l'acte" en France comme il y en a déjà eu en Italie, en Allemagne et en Norvège, dans un climat général qu'il juge "malsain".

En juillet, un militant islamophobe norvégien de 33 ans, Anders Behring Breivik, a tué 77 personnes. Il se présente comme un "templier" en croisade contre le multiculturalisme.

En décembre, un Italien de 50 ans proche de l'extrême-droite a tué deux vendeurs de rue sénégalais et en a blessé trois autres en plein coeur de Florence. En Allemagne, des néo-nazis sont soupçonnés d'avoir tué huit immigrés turcs et un Grec.

"Quand tout le discours s'enflamme, il y a toujours des risques de favoriser le passage à l'acte", explique Dominique Reynié, même s'il estime que la fusillade de Toulouse relève sans doute plus d'une "forme de folie" que du militantisme.

"On est dans une pathologie meurtrière liée à des fantasmes sur l'immigration et sur l'antisémitisme, qui sont alimentés un peu par tout le monde", fait-il valoir.

"Entre les grandes controverses sur le multiculturalisme, les sorties délirantes sur le pouvoir de la finance ou l'ennemi sans visage ou 'je suis le bruit, la fureur et le fracas', je renvoie tout le monde dos-à-dos", ajoute Dominique Reynié.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.