Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La traque du financement du terrorisme s'intensifie à Tracfin

Reuters16/04/2015 à 18:37

LE SERVICE TRACFIN RENFORCE LA TRAQUE DU FINANCEMENT DU TERRORISME

par Chine Labbé

PARIS (Reuters) - L'activité de lutte contre le financement du terrorisme au sein du service de renseignement financier Tracfin a doublé depuis les attentats qui ont fait 17 morts début janvier en France, a déclaré jeudi son directeur, Jean-Baptiste Carpentier.

En 2014, la cellule dédiée de Tracfin a travaillé sur 231 dossiers et en a transmis dix à la justice, a-t-il précisé.

Dix à 15 agents travaillent aujourd'hui dans cette cellule, selon un récent rapport sénatorial qui recommandait début avril d'en doubler les effectifs.

D'ici 2017, dix personnes supplémentaires viendront renforcer ces équipes, précise Jean-Baptiste Carpentier, sans confirmer leur dimension actuelle.

Quelque 550 dossiers de financement du terrorisme ont été instruits par cette cellule depuis 2011 et 150 dossiers sont en cours de traitement, d'après le rapport remis au Sénat.

Un véritable "travail de moines bénédictins", selon le sénateur PS Jean-Pierre Sueur, rapporteur de la commission d'enquête sur les filières djihadistes, qui souligne les montants parfois "très modestes" des flux à analyser.

Pour aller faire le djihad en Syrie, quelques milliers d'euros suffisent. Et ces sommes, souvent issues de plusieurs sources -quête, solidarité familiale, petits délits- peuvent être difficiles à détecter. Fin mars, le ministre des Finances Michel Sapin disait vouloir se battre contre "ce terrorisme à bas coût."

"L'objectif pour les pouvoirs publics est moins de tenter d'entraver ce type de financement que de les identifier pour retracer une véritable cartographie des flux financiers entre personnes impliquées dans les filières syriennes ou dans des actes de terrorisme", juge Jean-Pierre Sueur dans son rapport.

"FINANCEMENT DES TERRORISTES"

Le procès de membres d'un réseau tchétchène "de soutien" à un groupe de 10 à 15 caucasiens en Syrie, condamnés ce jeudi à des peines allant de deux à six ans de prison ferme, illustre cette problématique des "micro-financements" du djihad.

Deux jeunes Tchétchènes qui avaient sollicité l'aide de leur communauté pour financer leur départ en Syrie, où ils se sont entraînés quelques semaines en août 2013 sans prendre part aux combats, ont été condamnés à cinq et six ans de prison.

Baï-Ali Mahaouri, 46 ans, a de son côté écopé de quatre ans ferme pour avoir organisé des collectes auprès de la diaspora de la région lyonnaise pour financer le groupe, dirigé par un ancien rebelle tchétchène ayant combattu la Russie.

Les fonds qu'il récoltait, envoyés via Western Union en Belgique, où se trouvait un "centralisateur", servaient à acheter divers matériels et vêtements.

"Il y a le financement du terrorisme et il y a le financement des terroristes", souligne Jean-Baptiste Carpentier.

Au financement structuré "du terrorisme", très important dans les années 1990, a succédé le financement "des terroristes" depuis le début des années 2000, avec des sommes "beaucoup plus restreintes", qui obligent ses services à travailler "au premier euro", explique le directeur de Tracfin.

L'Etat islamique, qui a pris pied en Syrie et en Irak, a toutefois "renouvelé le dispositif", dit-il, avec "une structure qui a de nouveau les moyens de financer du terrorisme."

Tenu au secret sur ces dossiers extrêmement sensibles, le fonctionnaire refuse de dire si des flux financiers provenant de Daech ont à ce jour été repérés en France.

UNE SEULE ENQUÊTE "SIGNIFICATIVE"

Depuis 2013, certains transferts via des services comme Western Union font l'objet d'une transmission automatique à Tracfin: les opérations de plus de 1.000 euros et celles don't le cumul représente plus de 2.000 euros pour un client en un mois.

Le service les conserve comme "base documentaire", sans ouvrir d'enquête.

Les retraits et dépôts d'espèces de plus de 10.000 euros sur un mois seront également signalés automatiquement au service de renseignement financier à partir de janvier 2016.

En matière de terrorisme, Tracfin reçoit des signalements d'autres services de renseignement et de banques, entre autres.

"Si vous commencez à envoyer régulièrement de l'argent sur la frontière turco-syrienne, je pense que vous ferez rapidement l'objet d'une déclaration de soupçon", explique Jean-Baptiste Carpentier.

Mais les autorités ont "du mal à déterminer des vraies filières de financement", reconnaît une source judiciaire.

Un seul dossier "significatif" fait actuellement l'objet d'une information judiciaire ouverte par le parquet antiterroriste de Paris, précise cette source.

Il s'agit du dossier "Perle d'espoir", une association soupçonnée d'avoir financé, "sous couvert d'humanitaire", des départs vers la Syrie et l'approvisionnement de combattants.

Quelques dossiers en sont au stade de l'enquête préliminaire et des éléments de financement se retrouvent aussi en marge d'enquêtes pour association de malfaiteurs en vue de commettre des actes de terrorisme. Mais rien de très significatif.

Sur les dix dossiers transmis par Tracfin en 2014, "tous ne relèvent pas forcément du terrorisme", explique cette source.

(Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.