1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La tête sous Löw
So Foot06/09/2018 à 06:00

La tête sous Löw

Douze ans de mandat, douze ans de succès, et un échec fracassant. Le sélectionneur allemand s'assiéra ce jeudi sur le banc de l'Allianz Arena en sachant que son avenir dépendra en grande partie du match face au nouveau champion du monde français. Mais vu sa faculté à traverser la tempête du Mondial et sa gestion de l'affaire Özil, pas dit que Jogi lâche les armes aussi facilement.

AllemagneFrance
le 06/09/2018 à 20:45
Groupe 1 Ligue des nations A
Diffusion sur

"Un silence de mort." Il paraît que c'est ce que réservent les profondeurs, celles que Joachim Löw et le paquebot allemand ont explorées après s'être fait torpiller par les Sud-Coréens à Kazan (0-2), dix jours après avoir mis une première fois la tête sous l'eau face au Mexique, à Moscou (0-1). Et forcément, la question de l'avenir du capitaine s'est rapidement posée. "Il est trop tôt pour moi pour répondre, il faut quelques heures pour y voir clair, la déception est très profonde en moi, soupirait Jogi le soir de l'élimination. On va devoir mener des discussions demain, on verra comment ça continue." Deux mois plus tard, le voici toujours à la barre de la Nationalmannschaft. À la faveur d'un crédit accumulé depuis 2006, avec comme pic le titre suprême conquis il y a quatre ans - une mansuétude dont avait bénéficiée Vicente del Bosque, maintenu à la tête de la Roja après le bouillon brésilien.

Löw

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer