Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La tenue en France d'un meeting turc fait polémique

Reuters12/03/2017 à 15:49

POLÉMIQUE AUTOUR D'UN MEETING TURC À METZ

PARIS (Reuters) - La décision des autorités françaises d'autoriser la tenue dimanche d'un meeting en faveur d'une réforme constitutionnelle en Turquie, en présence du chef de la diplomatie turque, a été vivement critiquée par l'opposition qui a dénoncé une "rupture de la solidarité européenne" et une "caution" apportée au régime de Recep Tayyip Erdogan.

Le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu s'est exprimé pendant une petite demi-heure en début d'après-midi au centre des congrès de Metz, à l'invitation de l'Union des démocrates turcs européens (UETD).

La veille, il avait été refoulé des Pays-Bas par les autorités néerlandaises qui avaient expliqué ne pas accepter que des ministres "turcs mènent publiquement des campagnes politiques aux Pays-Bas" et avaient invoqué un risque de "trouble à l'ordre public".

Les Pays-Bas, a-t-il accusé dimanche à Metz, sont "la capitale du fascisme".

Plusieurs meetings ont également été annulés dans plusieurs villes d'Allemagne - suscitant l'ire de Recep Tayyip Erdogan qui a accusé les autorités allemandes de "pratiques nazies" - mais également en Autriche, en Suède ou encore en Suisse.

Pour François Fillon, le gouvernement français "aurait dû empêcher la tenue du meeting de Metz".

"François Hollande rompt de manière flagrante la solidarité européenne alors qu'il est évident qu'une position commune aurait dû prévaloir pour gérer les demandes turques", estime dans un communiqué le candidat de la droite et du centre à l'élection présidentielle. "De plus, deux de nos plus proches alliés, l'Allemagne et les Pays-Bas, ont été publiquement insultés de façon inqualifiable par les dirigeants turcs."

"Cette affaire a été mal gérée de bout en bout par le gouvernement socialiste de François Hollande", poursuit-il. "Il est temps de dire clairement cette vérité" aux dirigeants turcs.

"COMPLICE IMPLICITE"

La réforme de la constitution turque, qui sera soumise à référendum le 16 avril, prévoit de renforcer les prérogatives du président, accusé par ses détracteurs de dérive autoritaire, notamment depuis le coup d'Etat manqué du 15 juillet 2016, qui a été suivi de l'arrestation de dizaines de milliers de personnes.

Pour Europe-Ecologie-Les Verts (EELV), l'accueil de ce meeting "rend la France témoin et caution du grave glissement autoritaire que connaît la Turquie actuellement".

"La responsabilité de la France et de l'Union européenne devrait être de soutenir les mouvements progressistes et de dénoncer sans cesse la dérive autoritaire du régime, et ce malgré la campagne lancée par le gouvernement turc au-delà de ses frontières et partout où vit la communauté turque en Europe", estime le parti dans un communiqué.

Le meeting "fait de la France un complice implicite de la dérive absolutiste que connaît la Turquie aujourd'hui, aux portes de l'Europe", ajoute-t-il.

Le Front national estime de son côté "scandaleux" d'autoriser la tenue de "discours communautaristes, qui ne sont pas compatibles avec les valeurs de notre République".

"Je crois qu'il faut être extrêmement vigilant à l'égard de ce genre de discours qui peuvent semer le trouble dans notre pays et la division", a dit le directeur de campagne de Marine Le Pen, David Rachline, sur BFM TV. "Le gouvernement néerlandais l'a bien compris, malheureusement nous sommes toujours en retard en France et nous n'arrivons pas à réagir."

Face à ces critiques, le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault a défendu la décision du Quai d'Orsay d'autoriser le meeting, organisé "dans une espace fermé" et relevant "du régime de la liberté de réunion".

"La France est un Etat de droit qui tient compte des circonstances", a souligné le ministre des Affaires étrangères dans un communiqué. "En l'occurrence, en l'absence de menace avérée à l'ordre public, il n'y avait pas de raison d'interdire cette réunion qui, au demeurant, ne présentait aucune possibilité d'ingérence dans la vie politique française."

(Marine Pennetier, édité par Henri-Pierre André)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.