Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La taxe sur le diesel suscite un nouveau couac

Reuters11/09/2013 à 22:18

LES VERTS SE PRONONCENT CONTRE LE PROJET DE BUDGET 2014

PARIS (Reuters) - Le projet de loi de finances pour 2014 que les députés examineront en séance publique à partir du 15 octobre a provoqué mercredi de nouvelles tensions entre le gouvernement et ses alliés écologistes.

Plusieurs dirigeants d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) ont assuré qu'ils ne voteraient pas le budget en l'état, alors que ceux du Front de gauche jugent parallèlement "peu vraisemblable" de le voter dans son intégralité.

Un imbroglio gouvernemental autour de la taxe diesel a déclenché la colère des écologistes.

Le ministre de l'Ecologie, Philippe Martin, a en effet laissé entendre lors d'une conférence de presse que le diesel conserverait son avantage fiscal sur l'essence, avant de démentir cette interprétation.

"J'ai dit au contraire que, concernant la fiscalité diesel, je n'avais pas d'informations à donner à ce sujet", a-t-il dit au Monde.fr.

"S'il n'y a pas un effort vers la transition énergétique et la fiscalité verte, qui est un outil très important pour la transition énergétique, la lutte contre l'effet de serre et la création d'emplois, nous ne voterons pas ce budget en l'état", avait auparavant réagi le député EELV Noël Mamère à Reuters.

Les grandes lignes du PLF 2014 ont été présentées mercredi en conseil des ministres. Le projet de loi lui même sera présenté le 25 septembre.

"Ce budget, pour l'instant, ne peut pas nous satisfaire puisque le Premier ministre est en train de renoncer à la taxation sur le diesel", a ajouté le député-maire de Bègles (Gironde).

"On est très loin de la transition énergétique annoncée par le Premier ministre et par le président de la République, d'autant que ce renoncement s'inscrit derrière un autre renoncement : la taxation sur les poids lourds qui date de 2008 et qui a encore été retardée", a-t-il poursuivi.

Le député européen EELV Yannick Jadot, a souligné que le budget était "un élément structurant de coalition parlementaire et gouvernementale".

PARTICIPATION AU GOUVERNEMENT EN JEU

"Si nous étions amenés à ne pas accepter ce budget, ça poserait un certain nombre de questions sur notre participation au gouvernement", a-t-il dit sur France Info.

Dans la matinée, le ministre de l'Ecologie, Philippe Martin, avait confirmé l'introduction d'une taxe carbone dans la loi de finances 2014, tout en laissant entendre que l'avantage fiscal dont bénéficie le diesel ne serait pas touché.

"Il n'y a pas, à ma connaissance, de disposition qui concerne de manière spécifique ce qu'on peut appeler la convergence fiscale du diesel et de l'essence?", a-t-il dit, avant d'affirmer avoir été mal compris.

Le ministre du Travail, Michel Sapin, a expliqué sur BFM-TV que les grandes orientations du budget présentées mercredi n'étaient pas rentrées dans le détail, affirmant que la polémique était déjà close.

Mais Alain Vidalies, ministre des Relations avec le Parlement, a lui aussi affirmé le même jour que l'augmentation de la taxe diesel était abandonnée.

"Il y aura une nouvelle contribution climat-énergie dont le dispositif n'est pas aujourd'hui arrêté", a-t-il dit à l'émission Questions d'info sur LCP.

"La seule chose que je peux dire, puisque c'est dans ce cadre là qu'elle avait été envisagée, qu'une taxe sur le gazole, dans la mesure ou elle est très pénalisante pour un certain nombre de ménages, est à ce jour abandonnée", a ajouté Alain Vidalies.

Autre sujet de mécontentement pour les écologistes, Philippe Martin a annoncé que la présentation au Parlement de la loi de programmation sur la transition énergétique en France, initialement prévue à l'automne 2013, serait repoussée au printemps 2014, potentiellement après les élections municipales.

En juillet, les partenaires d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) de la majorité socialiste s'étaient montrés très critiques envers l'exécutif malgré la présence de deux des leurs au gouvernement.

Après l'éviction du ministère de l'Ecologie de la socialiste Delphine Batho, pour avoir critiqué le "mauvais budget" de son ministère, les leaders des Verts avaient prévenu qu'ils jugeraient le gouvernement à l'aune du projet de budget 2014.

Le gouvernement fait face parallèlement aux réticences du groupe Front de gauche de l'Assemblée nationale.

"Nous nous attendons, sur ce budget, à une discussion particulièrement difficile", a déclaré à Reuters son président, le communiste André Chassaigne.

"Au regard de ce qu'on nous a annoncé, ça me paraît peu vraisemblable qu'on vote le budget dans sa globalité. Ce qui ne nous empêchera pas de voter certains budgets (de certains ministères-NDLR) si on considère que ça va dans le bon sens".

Emile Picy, avec Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.