1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La talonnade, par Tony Vairelles
So Foot10/04/2018 à 18:30

La talonnade, par Tony Vairelles

Tony Vairelles fête ses 45 ans aujourd'hui. Et comme Tony est quelqu'un de différent, il a profité de l'occasion pour nous faire un joli cadeau : une déclaration d'amour à la talonnade.

C'est simple. Le foot, pour moi, ça a toujours été : aller vite vers l'avant, ne pas perdre de temps et surprendre l'adversaire. Et la talonnade, c'est un geste qui surprend l'adversaire, tout le temps. Et quand ça surprend tout le monde, même le public, c'est beau. C'est ce qui crée l'engouement, ce qui pousse les gens à venir au stade.

La carte et le territoire, par Felipe Saad

La talonnade, c'était en quelque sorte mon arme secrète.
La talonnade, c'était en quelque sorte mon arme secrète.
Je pense que je l'ai toujours fait. Je la maîtrisais, mes coéquipiers le savaient, car j'en passais pas mal à l'entraînement. Ça demande de la complicité la talonnade. Je jouais sur l'aile à gauche, j'étais droitier, j'étais à l'angle des dix-huit mètres, je rentrais sur mon pied droit pour faire style que j'allais centrer, mon coéquipier - le plus souvent le latéral gauche - passait dans mon dos, et là je talonnais en direction du poteau de corner. Avec le talon bien sûr.

En me retournant, j'aurais perdu du temps et montré à mon adversaire et à ceux qui étaient dans ma zone mon intention de faire la passe à mon latéral. La talonnade présente l'avantage de ne pas être trop risquée car même si le défenseur intercepte le ballon, il est sur son aile et ne peut pas repartir directement au but avec.

À ce titre, la talonnade est, selon moi, le geste le plus efficace possible. Je n'ai jamais fait de passements de jambes ou tenté de petit pont pour la beauté du geste. Je n'ai jamais fait de petit pont sauf quand je n'avais pas d'autres choix. Mon jeu était fait de feintes de corps, pas de double contact. Je n'ai jamais joué pour faire beau, mais pour faire efficace. Le crochet est plus facile et fait moins perdre de temps que trois passements de jambes. Je me souviens d'un match avec Nancy en fin de saison, contre Sochaux, au début de ma carrière. Jean-Philippe Séchet me fait une passe, je sais que Franck Gava arrive à fond dans mon dos, il est dans le sens du jeu, je fais comme si j'allais la prendre, je la laisse passer entre

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer