1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La Suisse regagne son perchoir
So Foot03/07/2018 à 18:55

La Suisse regagne son perchoir

Portée par une opinion publique enthousiaste, la Nati s'était lâchée en ouvrant ses ailes face à la Serbie en phase de poules,à l'image des célébrations de l'aigle bicéphale de Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri. Et avait annoncé qu'elle déboulerait avec des sérieuses ambitions face à la Suède ce mardi, pour arracher son premier quart de finale en Coupe du Monde depuis 1954. Avant de finalement redescendre sur terre, plombée par ses limites offensives.

"Je pense qu'on a vraiment une équipe de vainqueurs. Quelque chose est possible. Ce n'était pas toujours le cas dans le passé. Je suis forcément à fond." Roger Federer a beau avoir entamé son tournoi de Wimbledon, il ne manque pas une miette du Mondial de sa Nati, en qui il affiche un degré de confiance inédit. Un optimisme plutôt partagé en Suisse, où l'équipe nationale a impressionné en phase de groupes, notamment en tenant en échec le grand Brésil. La Suède, adversaire considéré comme dangereux, allait bien finir par plier : sur le papier, la Suisse avait après tout plus de qualités aux quatre coins du pré. Sur le papier seulement.

Forsberg met la Suisse à la porte

Domination stérile


La Nati est-elle pour autant vraiment à blâmer ce mardi, après s'être faite sortir par la plus petite des marges par les Suédois ? Difficile à dire. Coté pile, la Suisse a essayé de tenir le ballon et de donner le tempo du match. Suivant ainsi la directive de son sélectionneur, Vladimir Petkovic, qui avait annoncé d'entrée : "C'est un match que nous voulons dominer". L'intention est louable mais la mise en pratique fut laborieuse. Complètement inoffensifs en première période, les Suisses se sont fait quelques sueurs froides en offrant de belles situations de contre aux Suédois, qui n'attendaient que ça. Bien conscients de leurs limites, les Blågult ont avant tout misé sur la solidité de leur bloc défensif. Privés de ses leaders défensifs, Stephan Lichtsteiner et Fabian Schar, tous deux suspendus, la Nati avait elle perdu en assurance derrière et se retrouvait obligée de courir après le score après le but de Forsberg, peu après l'heure de jeu. Un scénario piège dont elle n'a pas pu se dépêtrer, notamment à cause de ses limites évidentes pour construire des attaques placées, face à un bloc suédois imperméable.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer