Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Suisse ne protège pas assez ses banques, dit le patron d'UBS

Reuters10/07/2016 à 18:45
    GENEVE, 10 juillet (Reuters) - Les responsables politiques 
suisses ne protègent pas suffisamment les banques du pays des 
demandes de renseignement en provenance des gouvernements 
étrangers, déclare le directeur général d'UBS  UBSG.S  dans une 
interview publiée dimanche par le journal SonntagsZeitung. 
    De nombreux pays à travers le monde s'efforcent 
d'intensifier la lutte contre l'évasion fiscale, avec des 
enquêtes ouvertes notamment en France, en Allemagne ou aux 
Etats-Unis, et, selon Sergio Ermotti, les tentatives de la 
Suisse de négocier avec d'autres gouvernements n'ont pas permis 
de fournir aux banques suisses une sécurité juridique ni de 
tourner la page sur des faits appartenant au passé. 
    "C'est inacceptable et cela ouvre la porte à une nouvelle 
offensive contre les banques suisses", dit-il, cité par 
SonntagsZeitung. 
    Le patron d'UBS considère que les autorités suisses se sont 
montrées trop disposées à transmettre des informations relatives 
aux clients des banques suisses et qu'il est probablement trop 
tard pour tenter d'obtenir de meilleurs accords après des années 
de négociations. 
    La Suisse a décidé de participer à l'échange automatique de 
renseignements, qu'elle appliquera à partir du 1er janvier 2017. 
Cette collaboration entre les administrations fiscales des pays 
signataires doit permettre de lutter contre l'évasion fiscale. 
    UBS a annoncé mardi avoir reçu une demande d'informations de 
la part de l'administration fiscale suisse, elle-même saisie 
d'une demande d'aide administrative de la part de la France au 
sujet d'un certain nombre de comptes relatifs à des clients 
actuels ou passés domiciliés en France, sur la base de données 
datant de 2006 et 2008.   
    Le Parquet national financier français a requis le 24 juin 
le renvoi en correctionnelle d'UBS pour démarchage illicite et 
blanchiment aggravé de fraude fiscale, a-t-on appris le 27 juin 
de source judiciaire.   
    Aux Etats-Unis, UBS a accepté en 2009 de payer une amende de 
780 millions de dollars (706 millions d'euros) et de fournir les 
noms de plus de 4.000 clients pour éviter des poursuites. 
 
 (Tom Miles; Bertrand Boucey pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.