1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La stratégie française sous le feu des critiques au Mali

Le Point18/11/2013 à 21:28

Manuel Valls et le président malien Keïta, dimanche à Bamako.

Interrogé à propos de l'enquête sur l'assassinat des deux journalistes français de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, en déplacement ce week-end à Bamako, a simplement répondu qu'elle était désormais placée "sous la responsabilité du procureur de Paris". Le ministre a ensuite pris soin d'ajouter que la SDAT, sous-direction antiterroriste, et la DCRI s'étaient rendues sur le terrain "dans une coopération de très grande qualité avec nos forces armées et nos amis maliens".

Mais les "amis maliens", eux, ne sont pas de cet avis. "Nous avons été mis à l'écart de cette enquête", affirme un officier des forces armées maliennes. "Dans cette enquête comme sur le terrain, nous n'avons aucune marge de manoeuvre à Kidal." Les soldats maliens se sentent impuissants et sont "très mal à l'aise" avec la situation. "Nous vivons cela comme une humiliation", déplore l'officier.

Malaise à Kidal

Le noeud de la discorde se trouve dans le nord du pays, et plus particulièrement à Kidal. "Dans cette ville, nos forces de sécurité sont confinées, l'arme au pied. Kidal échappe aujourd'hui à notre contrôle, il faut que la souveraineté du Mali sur Kidal soit une réalité", avait déclaré le président malien Ibrahim Boubacar Keïta le 4 novembre, deux jours après l'assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon. Du côté de l'armée française, on rétorque que les militaires n'ont aucun...

Lire la suite sur Le Point.fr

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • frk987
    18 novembre17:20

    les amis maliens...mdr de l'expression !!!!

    Signaler un abus

  • M2734309
    18 novembre13:43

    Faux ! l'Afrique est en pleine expansion.

    Signaler un abus

  • M2496916
    18 novembre12:41

    De toute façon il n'y aura bientot plus de différence entre la France et l'Afrique...

    Signaler un abus

  • M2496916
    18 novembre12:39

    Le Mali c'est comme l'Irak, comme l'Afghanistan et tous les autres on y est a vitam eternam.

    Signaler un abus

  • M4841131
    18 novembre12:01

    il est ministre de quoi, déjà ?? de l'intérieur, mais alors le mali , c'est un département français ,finalement, rien d ' anormal, y a pas de pb en métropole

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer