Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La stratégie du "ni ni" contestée après l'échec de l'UMP

Reuters18/06/2012 à 15:29

La stratégie du "ni ni" contestée après l'échec de l'UMP

PARIS (Reuters) - Des personnalités de la droite parlementaire appellent l'UMP à revoir la stratégie du "ni ni" et à cesser de courir derrière le Front national après l'entrée de deux députés "marinistes" dimanche à l'Assemblée nationale.

L'abandon de la doctrine du front républicain par la direction de l'UMP a été l'un des faits majeurs de la campagne législative, faisant dire à Marine Le Pen qu'un mur était tombé, même si le FN n'en a profité qu'a minima.

La campagne a été également marquée par les appels du pied au FN de figures "sarkozystes", comme l'ex-ministre Nadine Morano, qui n'en a pas recueilli les fruits puisqu'elle a été battue en Meurthe-et-Moselle. Le député sortant de Loire-Atlantique Philippe Boënnec, qui avait mis en avant des "valeurs communes avec le FN", a été battu.

L'ancien ministre de l'Economie François Baroin s'est insurgé lundi contre le glissement droitier de l'UMP, illustrée par la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, rappelant que l'UMP, "c'est le refus des extrêmes".

Cet ex-chiraquien n'a pas exclu de briguer la présidence de l'UMP si ses idées n'étaient "pas reprises".

"Quand j'ai entendu certains dire qu'ils avaient des valeurs (communes) avec le Front national et de la sympathie pour Marine Le Pen, mais c'est quoi la prochaine étape ? On prend un verre, on se met à table et on discute ?", a-t-il dit sur RTL.

"C'est même pas envisageable, ni de près ni de loin", a-t-il ajouté, tout en reconnaissant avoir soutenu la stratégie du "ni front républicain, ni Front national", qu'il ne juge plus "pertinente".

L'ex-ministre du Travail Xavier Bertrand, réélu dans l'Aisne, et la sénatrice UMP Chantal Jouanno ont également déploré une manque de fermeté sur les valeurs.

"Triste défaite sans appel qui sanctionne la stratégie de droitisation. Fin du silence sur la refondation mais opposition sans concession", écrivait Chantal Jouanno dès dimanche soir sur Twitter.

Dans les faits, le refus de consigne de vote pour arbitrer les 20 duels FN-PS du second tour n'a guère profité au FN puisque ses deux députés, Gilbert Collard et Marion Maréchal-Le Pen, ont été élus dans le cadre de triangulaires.

ÉCHEC DE LA DROITE POPULAIRE

En outre, le "front républicain" a fonctionné à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), où Marine Le Pen a été battue sur le fil par le socialiste Philippe Kemel.

Les opposants au "ni ni", une stratégie déjà éprouvée aux cantonales de 2011, notent également que le collectif de la Droite populaire, qui représente l'aile droite de l'UMP et a donné le sentiment d'illustrer la porosité avec le FN, a subi une sévère défaite.

La moitié de ses membres n'ont pas été réélus, comme Christian Vanneste, Eric Raoult ou Jean-Paul Garraud, qui souhaitait le dialogue avec le FN.

Jean-François Copé, le secrétaire général de l'UMP, a contesté que l'échec de la droite parlementaire soit lié à une stratégie de droitisation et juge que l'UMP "n'a pas du tout explosé, est restée cohérente, soudée".

"Ce n'est pas mon point de vue, je ne suis pas sûr d'ailleurs que Chantal Jouanno soit tout à fait majoritaire sur cette thèse", a-t-il dit sur France Info.

Pour SOS Racisme, qui se félicite de la "cuisante et bienvenue défaite de Marine Le Pen", l'entrée de députés FN à l'Assemblée "doit faire réfléchir une droite républicaine dont une partie trop importante n'aura eu de cesse ces derniers mois de lancer des ponts idéologiques ou organisationnels à l'endroit de cette formation extrémiste."

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.