1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La stimulation cérébrale profonde possible remède à l'anorexie
Reuters24/02/2017 à 15:55

    LONDRES, 24 février (Reuters) - L'implantation d'électrodes 
de stimulation dans le cerveau pourrait apaiser l'anxiété et la 
dépression de personnes atteintes d'anorexie et les aider à 
prendre du poids. 
    C'est le résultat d'une étude réalisée auprès de seize 
personnes atteintes d'anorexie profonde, dont le compte rendu 
apparaît dans la revue The Lancet Psychiatry parue vendredi.  
    L'anorexie est une maladie qui touche 0,5% de la population 
mondiale, en majorité des jeunes filles. Les personnes qui en 
souffrent ont des préoccupations persistantes au sujet de leur 
poids et s'affament pour maintenir un poids très faible. 
    L'anorexie chronique provoque dans de nombreux cas de graves 
problèmes de santé et peut être fatale. 
    La stimulation cérébrale profonde est déjà utilisée pour 
atteindre les zones du cerveau impliquées dans la maladie de 
Parkinson et a été très efficace pour en réduire les symptômes. 
    L'expérience sur l'anorexie a été réalisée sur seize femmes 
âgées de 21 à 57 ans. Elles ont été choisies car leur vie était 
en danger et qu'aucun traitement n'avait fonctionné. 
    Quelques mois après l'implantation, selon les chercheurs, 
l'amélioration des symptômes psychologiques a commencé à 
entraîner des changements de poids. L'indice de masse corporelle 
(IMC) moyen du groupe a atteint 17,3, en hausse de 3,5 points. 
Un IMC normal se situe entre 18,5 et 24,9. 
    Le professeur Andres Lozano, de l'Université de Toronto, qui 
a dirigé l'étude, a déclaré que bien que les résultats aient été 
positifs, il convenait de mener d'autres recherches. 
    L'anorexie, a-t-il fait remarquer, est le trouble 
psychiatrique ayant le taux de mortalité le plus élevé. 
 
 (Kate Kelland; Solenne Trequesser pour le service français, 
édité par Danielle Rouquié) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer