Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La solution passe par Assad, dit l'ambassadeur syrien à l'Onu

Reuters07/03/2015 à 05:42

NEW YORK, 7 mars (Reuters) - Le moment est venu pour les puissances occidentales, qui réclament la démission de Bachar al Assad depuis 2011, de reconnaître qu'il reste un interlocuteur incontournable, a estimé vendredi l'ambassadeur de Syrie à l'Onu à la veille du quatrième anniversaire du conflit. "Nous ne voulons pas d'un vide du pouvoir qui pourrait semer le chaos comme en Libye, en Irak et (...) en Afghanistan", a souligné Bachar Djaafari, assurant que le chef de l'Etat est prêt à coopérer avec les Etats-Unis et leurs alliés dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. "Le président Assad à les moyens de tenir ses promesses parce que c'est un président fort. Il dirige la puissante institution qu'est l'armée syrienne. Il résiste aux pressions depuis quatre ans. La solution passe par lui", a-t-il affirmé. Paris a récemment réaffirmé son refus de dialoguer avec Bachar al Assad après la visite d'élus français à Damas. La Grande-Bretagne et les Etats-Unis nient eux aussi toute inflexion de leur attitude à son égard, malgré la montée en puissance des djihadistes de l'Etat islamique et les appels en faveur d'une reprise du dialogue avec Damas lancés en privé par certains Etats membres de l'Union européenne. "Nous sommes ouverts à la coopération. Ils n'en veulent pas", a poursuivi Bachar Djaafari. Suède, Danemark, Roumanie, Bulgarie, Autriche et Espagne ne seraient pas hostiles à une reprise des contacts avec le gouvernement syrien, dit-on de sources diplomatiques. La République tchèque, qui n'a pas rappelé son ambassadeur à Damas, serait également de cet avis, tout comme la Norvège et la Suède, qui ne font par partie de l'UE. Selon Bachar Djaafari, "beaucoup de délégations européennes" se sont rendues à Damas pour solliciter la coopération des autorités syriennes à la lutte antiterroriste. "Si vous voulez que cette coopération soit fructueuse, il faut revenir en Syrie, rouvrir vos ambassades", a-t-il insisté. Le diplomate a en outre fustigé la stratégie de Barack Obama consistant à former et à équiper l'opposition "soi-disant modérée", qui revient selon lui à livrer des armes à l'Etat islamique. (Samia Nakhoul et Louis Charbonneau, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.