Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La SNCM attire de nouveaux repreneurs potentiels

Reuters 08/06/2015 à 11:55

par Jean-François Rosnoblet

MARSEILLE (Reuters) - Deux nouveaux repreneurs potentiels de la SNCM ont manifesté leur intérêt pour la compagnie maritime quelques jours avant la décision du tribunal de commerce de Marseille, qui pourrait faire mercredi son choix entre les trois candidats "fermes".

La SNCM, dont l'actionnaire majoritaire est Transdev, coentreprise entre la Caisse des dépôts et Veolia, a été placée fin novembre en procédure de redressement judiciaire.

Le tribunal de commerce doit se prononcer mercredi sur les offres de Daniel Berrebi, l'armateur de la compagnie Baja Ferries en position de favori, du transporteur corse Patrick Rocca et de la société d'investissement Med Partners de Christian Garin, ancien président du port de Marseille, qui est "clairement écartée" selon une source proche du dossier.

Mais la justice pourrait une nouvelle fois rejeter ces offres en raison de leurs insuffisances et décider de la poursuite de la période d'observation, jusqu'au 28 novembre, pour ouvrir la procédure à de nouveaux candidats.

Deux lettres d'intention sont parvenues ces derniers jours sur le bureau du président du tribunal de commerce.

La première émane du groupe STEF-TFE, spécialiste européen de la logistique du froid et propriétaire de la Compagnie Méridionale de navigation, partenaire historique de la SNCM.

Les deux compagnies assurent ensemble la délégation de service public (DSP) pour les dessertes entre la Corse et le continent, qui représente 96 millions d'euros par an et doit prendre fin le 1er octobre 2016.

La DSP avait été attribuée pour la période 2014-2023, ce qui a été contesté par la compagnie concurrente, Corsica Ferries, devant le tribunal administratif de Bastia. Ce dernier l'a annulée le 7 avril.

NOUVEAU REPORT RISQUÉ

L'offre de STEF-TFE, chiffrée entre 15 et 20 millions d'euros, prévoit de conserver environ 800 des 1.500 CDI de la Société nationale Corse Méditerranée (SNCM).

La seconde proposition a été déposée le 5 juin par un consortium représentant "60% du trafic maritime corse" selon la lettre d'intention publiée lundi par Corse-Matin.

Ce "consortium d'entrepreneurs corses représentant un chiffre d'affaires consolidé de plus d'un milliard d'euros" propose "une offre alternative sérieuse", peut-on lire dans le document signé par huit entreprises spécialisées dans la grande distribution, la location de voitures et les matériaux de construction.

Un nouveau report de la décision du tribunal, indispensable pour permettre le lancement d'un nouvel appel d'offres comme l'avait souhaité le procureur de la République, risque cependant de déplaire à la Commission européenne qui a réclamé un traitement urgent du dossier.

Le rapport rédigé par les deux administrateurs judiciaires, qui a servi de base à la réflexion du tribunal de commerce, souligne que, dans cette hypothèse, se poserait le problème des aides jugées illégales, 440 millions d'euros que Bruxelles a accepté de ne plus réclamer au repreneur parce que la "discontinuité économique" -- l'arrêt de la SNCM -- est établie.

La poursuite de la période d'observation nécessiterait également de nouveaux apports financiers conséquents de la part d'actionnaires qui s'y refusent.

Transdev et l'Etat ont donné leur accord pour le financement du plan de sauvegarde de l'emploi à hauteur de 85 millions d'euros, une somme suffisante pour couvrir l'intégralité du coût estimé du plan social résultant de l'adoption éventuelle par le tribunal de l'offre la moins disante socialement.

L'accord prévoit également un abandon de créances d'un montant cumulé de plus de 120 millions d'euros.

Dans ce contexte, les organisations syndicales de la SNCM ont rejeté, le 26 mai, les trois offres fermes soumises au tribunal de commerce, les jugeant "largement insuffisantes" sur le nombre de salariés repris.

Elles redoutent une "vente à la découpe" et ont déposé un préavis de grève de 24 heures renouvelable pour la journée du 11 juin, au lendemain de la décision du tribunal de commerce.

(Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.