Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

Cacao

2 556.00USD
-2.37% 
valeur indicative 2 187.42 EUR

XD0002742035 CJ

NYMEX données temps différé
Politique d'exécution
  • ouverture

    2 759.00

  • clôture veille

    2 618.00

  • + haut

    2 759.00

  • + bas

    2 759.00

  • +haut 12 derniers mois

    2 760.00

  • +bas 12 derniers mois

    1 813.00

  • volume

    0

  • dernier échange

    25.05.18 / 23:39:17

  • + Alerte

  • + Liste

    Ajouter Cacao à mes listes

    Fermer

La situation est alarmante pour le cacao ivoirien

Commodesk06/07/2012 à 11:40

(Commodesk) Les fèves étaient rabougries à la saison sèche, lors de la récolte principale du cacao ivoirien, en dessous des normes des acheteurs internationaux. La récolte intermédiaire aurait pu modifier les perspectives, à la saison des pluies, mais les précipitations trop abondantes sur la Côte d'Ivoire ruinent les espoirs des producteurs. « Il n'y a plus de routes, et le cacao pourrit en brousse » explique Ali Lakis, directeur général de SAF Cacao, l'un des principaux exportateurs sur le port de San Pedro.

La saison humide a débuté en mai, et la pluie devrait durer jusqu'au 4 juillet, d'après les météorologues.

Les producteurs ont du mal à sécher le produit, et le taux de moisi est élevé confirme un autre acheteur contacté à Abidjan. Les pisteurs ne vont plus chercher le cacao dans les villages « où il n'y a pas grand-chose », ce qui ne vaut pas le prix de la course. D'ordinaire, ils visitent les villages afin de regrouper le cacao pour les acheteurs.

Le souci sur la qualité se complique du fait des faibles quantités de cacao disponibles cette saison. Il y aura un gros déficit cette année, résume Ali Lakis. « Le peu qui sort n'est pas bon, c'est le problème ». « Les broyeurs achètent tout de même pour broyer localement, et mélanger avec du stock, pour exporter le produit semi-fini » observe son concurrent.

Sur le terrain, la situation a progressé, puisque le pays n'est plus coupé en deux par une ligne de front empêchant les exportations de cacao du nord par les ports d'Abidjan ou San Pedro. L'an dernier, 1,75 million de tonnes avaient été produites mais cette année, la filière attend seulement 1,3 million de tonnes.

« La production est tellement basse, la sécheresse a absorbé le manque à gagner » dit l'acheteur de la SAF. Il manque 450.000 tonnes, 25% par rapport à l'an dernier, en cumulant les deux récoltes.

« Il faudrait que le producteur soit bien rémunéré » en conclut Ali Lakis. C'est un fait, le cacao demande beaucoup de travail. C'est pourquoi le gouvernement a promis de verser aux producteurs 60% du prix du cacao à l'exportation, ce qui représente actuellement 700 à 750 F CFA en cours lissés, d'après les premières estimations du Cocobod.

Mais s'il y a effondrement des prix, il n'y aura plus de cacao, faute de producteurs. « La situation est alarmante pour les années à venir » avertit le D.G. de la SAF. Il craint que les producteurs abandonnent le cacao au profit du caoutchouc ou de la palme, des produits plus rémunérateurs qui demandent moins de travail.

Jusqu'ici, la Côte d'ivoire est le premier producteur mondial.

Valeurs associées

-2.37%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.