Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La sécurisation du Mali se poursuit, selon François Hollande

Reuters11/02/2013 à 20:44

LA SÉCURISATION DU MALI SE POURSUIT, SELON FRANÇOIS HOLLANDE

PARIS (Reuters) - Les objectifs de l'opération Serval sont "en voie d'être atteints" et "la sécurisation" du Mali se poursuit, a déclaré lundi le président François Hollande, un mois jour pour jour après le début de l'intervention française dans ce pays.

Le chef de l'Etat a reconnu la persistance de "poches terroristes" dans le nord du pays, tout en félicitant du déploiement rapide des soldats africains en soutien de leurs confrères maliens, désormais plus nombreux que les 4.000 militaires Français sur le terrain.

"L'essentiel du territoire malien est aujourd'hui libéré mais nous n'avons pas terminé notre tâche", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse aux côtés de son homologue nigérian, Goodluck Jonathan.

Le week-end a été marqué par une recrudescence des combats dans la ville de Gao, reprise aux islamistes il y a deux semaines, faisant craindre un "enlisement" du conflit sur le long terme.

"Il y a encore des poches terroristes notamment dans l'extrême nord du Mali et des opérations menées par un certain nombre de groupes", a reconnu François Hollande.

Ces groupes "peuvent se livrer soit à des attentats, soit à des opérations de guérilla donc nous devons poursuivre non plus libération du territoire, mais sa sécurisation", a-t-il ajouté.

En un mois, les objectifs d'une "libération totale" du territoire malien et d'une prise de relais par la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) "sont en voie d'être atteints", a dit le président.

"ALLER JUSQU'AU BOUT"

A ses yeux, le devoir de la France, seul pays occidental à avoir engagé des hommes, est "d'aller jusqu'au bout de son opération pour ne pas laisser un seul espace territorial du Mali sous le contrôle des terroristes".

Il considère en outre comme "le devoir des Africains de venir prendre le relais à mesure que nous terminons notre propre opération".

François Hollande et Goodluck Jonathan ont souligné la nécessité d'une transition démocratique réussie au Mali, en proie au chaos depuis le coup d'Etat qui a chassé du pouvoir le président Amadou Toumani Touré en mars 2012.

Le pays d'une quinzaine de millions d'habitants est aujourd'hui dirigé par un président par intérim, Dioncounda Traoré, en attendant l'organisation d'un scrutin.

François Hollande a demandé de "tout faire pour que l'objectif d'une élection présidentielle au mois de juillet soit atteint".

"Nous soutenons l'organisation d'élections", a déclaré de son côté le président nigérian. "Le gouvernement malien n'est pas un gouvernement élu, l'Etat est faible, des questions se posent au sein de la Cédéao (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest-NDLR), nous n'accepterons qu'un gouvernement élu par le peuple".

Goodluck Jonathan a souligné l'importance de combattre le terrorisme dans son ensemble, évoquant à cet égard la présence dans son pays de membres de la secte islamiste Boko Haram.

"Nous avons des problèmes dans certaines régions du Nigeria et nous travaillons dur, avec le soutien du gouvernement français, pour nettoyer toutes ces régions, où que se trouve la terreur dans le monde", a-t-il dit.

Boko Haram passe actuellement pour la plus grave menace à la stabilité du Nigeria, dont les pays occidentaux craignent que le territoire ne devienne une base arrière pour les opérations de groupes islamistes liés à Al Qaïda dans l'ensemble du Sahara.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.