1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La Russie songe à une instance conjointe de coopération avec l'Opep

Reuters03/04/2018 à 15:00

LA RUSSIE SONGE À UNE INSTANCE CONJOINTE DE COOPÉRATION AVEC L'OPEP

par Denis Pinchuk

ANKARA (Reuters) - Une instance conjointe de coopération entre l'Opep et des pays extérieurs au cartel pourrait être mise en place à l'expiration de leur accord actuel d'encadrement de la production à la fin de l'année, a déclaré mardi le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak.

Il n'est pour l'instant pas question d'une adhésion de la Russie à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, a-t-il ajouté.

Dans une interview accordée à Reuters le mois dernier, le prince héritier saoudien Mohamed ben Salman a dit que l'Arabie saoudite et la Russie travaillaient sur un accord à long terme sans précédent, sur une durée de 10 à 20 ans, qui pourrait déboucher sur une extension de l'actuel accord de plafonnement de la production.

Alexandre Novak a dit mardi avoir discuté d'une coopération à long terme avec son homologue saoudien, Khalid al Falih, et que le "mécanisme d'interaction" actuel s'était avéré efficace.

"Nous réfléchissons à présent à un format de coopération qui pourrait être à plus long terme, qui inclurait la possibilité d'un contrôle du marché, des échanges d'informations et si nécessaire la mise en oeuvre de certaines actions communes", a-t-il dit à la presse.

La Russie, premier producteur mondial de pétrole, collabore déjà avec l'Opep pour limiter la production et faire remonter les cours du brut qui sont passés de plus de 110 dollars le baril en 2014 à moins de 30 dollars en 2016.

Leur accord, qui consiste à réduire leur production cumulée de 1,8 million de barils par jour (bpj), est entré en vigueur en 2017. Il a été prolongé en novembre jusqu'à fin 2018, permettant au baril de Brent de la mer du Nord de remonter à environ 70 dollars.

La Russie s'est engagée pour sa part à limiter sa production de 300.000 bpj par rapport à ses niveaux d'octobre 2016.

"La réduction de la production de pétrole n'est pas la panacée, c'est une mesure nécessaire", a déclaré Alexandre Novak, ajoutant qu'une coopération plus étendue avec l'Opep s'imposait.

Les relations entre la Russie et l'Arabie saoudite se sont réchauffées ces derniers mois, en partie via la mise en oeuvre réussie de l'accord sur le pétrole. L'an dernier, le roi Salman d'Arabie saoudite s'est rendu à Moscou.

Une délégation saoudienne de premier plan devrait participer au forum économique de Saint-Pétersbourg en mai en présence du président russe Vladimir Poutine, selon les organisateurs de l'événement.

Alexandre Novak a toutefois indiqué qu'aucun projet concret de coopération à long terme n'était à l'étude et que de nouvelles propositions seraient discutées à Djeddah ce mois-ci lors d'un comité ministériel de l'Opep chargé de contrôler le respect de l'accord actuel.

(Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.