Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Russie resserre son étreinte sur la Crimée

Reuters03/03/2014 à 23:46

LA RUSSIE RENFORCE SON EMPRISE SUR LA CRIMÉE

par Lidia Kelly et Alissa de Carbonnel

MOSCOU/PEREVALNE Ukraine (Reuters) - La Russie a encore resserré lundi son étreinte sur la Crimée, région autonome d'Ukraine que ses forces contrôlent depuis le week-end mais que le nouveau gouvernement pro-occidental de Kiev s'est engagé à ne jamais abandonner.

Malgré les bruits de bottes et les rumeurs de partition, le ton reste toutefois à la recherche d'une solution diplomatique à la crise qui a entraîné la chute du président Viktor Ianoukovitch le mois dernier.

La Russie a demandé lundi en fin de journée une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies. Cette réunion devait débuter à 15h30 heure locale (20h30 GMT). Le Conseil s'est déjà réuni vendredi et samedi mais n'a pris aucune décision.

Les menaces de rétorsions internationales contre Moscou ont eu leurs premières conséquences sur le plan financier. La Bourse de Moscou a chuté de près de 11% et les sociétés russes ont perdu en valeur près de 60 milliards de dollars. La Banque centrale russe a puisé dix milliards de dollars dans ses réserves pour soutenir le rouble qui a perdu 2,5%.

L'action du groupe Gazprom, monopole d'Etat russe qui fournit l'Europe occidentale en gaz, a perdu 14%.

Pour le vice-ministre russe de l'Economie Andreï Klepatch, toutefois, cette "hystérie" des marchés devrait vite se calmer.

Les forces russes basées à Sébastopol, aidées par des unités venues de Russie, ont pris durant le week-end le contrôle des points stratégiques de Crimée, République autonome d'Ukraine où les Russes de souche sont majoritaires et qui voit d'un mauvais oeil le pouvoir issu de l'insurrection à Kiev.

Le président ukrainien par intérim, Oleksander Tourtchinov, a affirmé que la présence militaire russe continuait de s'accroître dans la région et a exhorté Moscou à mettre un terme à son "agression".

DES SOLDATS RUSSES TRAVERSENT LE DÉTROIT DE KERTCH

La Flotte de la mer Noire a démenti avoir lancé un ultimatum aux forces ukrainiennes de Crimée, comme l'avait affirmé auparavant une source proche du ministère de la Défense à Kiev.

Les gardes-frontières ukrainiens ont cependant affirmé dans la soirée que des soldats russes avaient traversé en ferry le détroit de Kertch, qui entre la mer Noire et la mer d'Azov sépare la Fédération de Russie de la péninsule de Crimée.

Les forces ukrainiennes avaient fait état dans la journée d'une concentration de blindés près du port de Taman, du côté russe du détroit, puis des hommes armés auraient pris le contrôle du terminal des ferries côté ukrainien.

Kiev a également signalé des mouvements de navires de guerre russes autour du port de Sébastopol, qui abrite une partie de la Flotte de la mer Noire. A Perevalne, entre Simféropol, capitale de la Crimée, et la mer Noire, des soldats russes encerclent deux bases de l'armée ukrainienne.

Dans l'est de l'Ukraine, autre région russophone, des partisans du Kremlin, agitant le drapeau tricolore de la Fédération russe, ont pris en partie le contrôle du gouvernement régional à Donetsk, fief de Viktor Ianoukovitch, en scandant "Poutine, viens !".

Au même moment, le président russe Vladimir Poutine assistait à la dernière journée de manoeuvres militaires organisées dans le nord-ouest de la Russie. Le maître du Kremlin avait ordonné la tenue de ces manoeuvres le 26 février pour vérifier les capacités opérationnelles des forces russes du Centre et de l'Ouest.

Le gouvernement de Kiev a rappelé dimanche les réservistes, quand le Kremlin a obtenu du Parlement russe l'autorisation d'intervenir si nécessaire en Ukraine, une mesure que le nouveau Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk considère comme une "déclaration de guerre".

INTERVENTION RUSSE "PAS NÉCESSAIRE POUR LE MOMENT"

Sergueï Narichkine, président de la Douma, la chambre basse du Parlement russe, a toutefois assuré lundi qu'il n'était "pas nécessaire pour le moment" d'envoyer l'armée en Ukraine.

Sur le plan diplomatique, sur fond de contacts intensifs, appels au calme et menaces de représailles se succèdent de part et d'autre.

L'Organisation pour la sécurité et la coopération (OSCE) cherche à mettre sur pied un groupe de contact international pour tenter de régler la crise. La chancelière allemande Angela Merkel aurait convaincu Vladimir Poutine d'accepter cette idée.

Réunis à Bruxelles, les ministres européens des Affaires étrangères se sont entendus pour envisager de prendre des "mesures ciblées" à l'encontre de la Russie si elle refuse de désamorcer la crise ukrainienne. Parmi ces mesures figure une possible suspension des pourparlers avec Moscou sur les questions relatives aux visas.

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev et le vice-président américain Joe Biden ont eu un entretien téléphonique. Le chef du gouvernement russe a jugé "nécessaire de protéger tous les citoyens ukrainiens, y compris ceux de Crimée, et les citoyens russes installés en Ukraine".

A Washington, le président Barack Obama a estimé que la Russie était dans cette crise du "mauvais côté de l'histoire" et a précisé que son gouvernement examinait une série de sanctions économiques et diplomatiques visant à isoler Moscou.

La Pologne a obtenu une réunion d'urgence de l'Otan mardi à Bruxelles, qui sera la deuxième en trois jours.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a appelé les Occidentaux à laisser de côté leurs "calculs géopolitiques" et à penser avant tout au peuple ukrainien.

(Guy Kerivel pour le service français)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.