Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La réunion sur la Syrie à l'Onu s'achève sans nouveauté

Reuters31/08/2012 à 09:55

IMPASSE PERSISTANTE APRÈS LA RÉUNION DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LA SYRIE

par John Irish et Michelle Nichols

NATIONS UNIES (Reuters) - Une réunion des ministres des Affaires étrangères des 15 membres du Conseil de sécurité de l'Onu sur la crise humanitaire syrienne s'est achevée vendredi matin sans résolution ni communiqué, alors que les puissances occidentales ont à nouveau menacé le président Bachar al Assad d'une intervention militaire.

L'adoption d'une résolution en ce sens par le Conseil de sécurité paraît impossible étant donné le blocage de la Russie et la Chine. Mais plusieurs pays pourraient intervenir en dehors de l'autorité de l'Onu, comme cela avait été le cas au Kosovo en 1999.

"Combien de temps allons-nous rester assis à regarder, alors qu'une génération entière est en train d'être décimée par des bombardements aveugles et des attaques ciblées de masse?", a demandé le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu au Conseil de sécurité.

"Je pensais que cette réunion déboucherait sur des solutions concrètes aux souffrances du peuple syrien", a-t-il ajouté. "Nous n'avons rien de neuf à dire aux milliers de Syriens qui souffrent aux mains du régime, alors que l'Onu est piégée par l'inaction."

Mercredi, Ahmet Davutoglu, a exhorté l'Onu à instaurer une zone refuge en Syrie pour les civils fuyant les combats qui font rage entre le régime de Damas et les insurgés, alors que le conflit dure maintenant depuis un an et demi.

"De telles propositions soulèvent des questions importantes et nécessitent un examen approfondi et critique", déclaré le vice-secrétaire général des Nations unies Jan Eliasson, soutenu, entre autres, par Paris.

"LARGE ÉVENTAIL DE SOLUTIONS"

"Devant cette situation qui heurte la conscience humaine, la conviction de la France est qu'il faut tout faire, tout tenter pour mettre fin aux violences et soulager la population civile", a dit le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius devant le Conseil de sécurité, rappelant que Paris reconnaîtrait un gouvernement de transition dès qu'il serait formé par l'opposition syrienne.

"Nous n'écartons rien et avons prévu des solutions pour un large éventail de solutions", avait déclaré le chef de la diplomatie britannique William Hague lors d'une conférence de presse conjointe avec Laurent Fabius avant la réunion.

"Nous devons également dire clairement que tout ce qui ressemble à une zone de sécurité nécessite une intervention militaire, et c'est bien sûr quelque chose qui doit être considéré avec beaucoup de précaution", a-t-il ajouté.

La France, qui préside le Conseil pour le mois d'août, espérait que celui-ci pourrait s'accorder afin de pallier le manque d'aide humanitaire et a convoqué la réunion de jeudi en ce sens, y invitant aussi les ministres des Affaires étrangères de plusieurs pays voisins de la Syrie: la Turquie, le Liban, la Jordanie et l'Irak.

Mais l'absence des ministres chinois et russe des Affaires étrangères à cette réunion vient rappeler l'impasse dans laquelle se trouve le Conseil de sécurité sur le dossier syrien, alors que l'Onu estime à près de 20.000 le nombre de morts depuis le début du conflit.

Moins de la moitié des pays membres du Conseil ont envoyé leurs ministres assister à la réunion. Parmi les cinq membres permanents, seuls la France et le Royaume-Uni ont envoyé leur ministre.

La France et la Grande-Bretagne ont en outre annoncé jeudi une augmentation de leur aide humanitaire -trois millions de livres (3,8 millions d'euros) pour Londres, cinq millions d'euros pour Paris- et appelé les autres pays à les imiter.

Julien Dury et Baptiste Bouthier pour le service français

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.